Avertir le modérateur

lundi, 24 mars 2008

Et le bardolino, alors ?

Eh oui, le bardolino, alors ? Vous le savez, je vais à Vinitaly - oui, vous allez commencer à le savoir, je le dis souvent en ce moment, mais je fais monter la pression... quelle pression ? ben, je sais pas, la pression, quoi... - pour la grande fête des vins italienne (la fête, pas les vins).

Et Vinitaly, c'est à Vérone.

9925ad689dd6eb753c94fd17d24571e0.jpg

Et à côté de Vérone, il y a le lac de Garde.

6cd8fd5770b11507123a767a929867c6.jpg

Et le long des rives du lac de Garde, il y a des vignobles.

ed8947326aab387b4fe9e4de981ecc17.jpg

Et à un endroit, sur la rive est du lac, on trouve un village qui s'appelle Bardolino, et une appellation DOC qui va avec. On a même l'appellation Bardolino Superiore en DOCG.

cfc2035d7407791bb1a0cde24762dcfc.jpg

Le Bardolino est une appellation bénéficiant d'une bonne notoriété, mais pas encore nécessairement d'une bonne réputation. Une réputation moyenne qui n'est pas totalement infondée. Bien sûr, tout n'est pas à mettre dans le même sac, mais globalement, cette appellation n'a pas encore connu son boum qualitatif, et ce même si on regarde la DOCG, plus exigeante.

Comment se fait le Bardolino ? Principalement avec des cépages du coin, ce qui est assez typique en Italie. Le cépage majeur est la corvina (vous ne connaissiez pas, avouez !), qui doit représenter entre 35% et 65% du vin, la rondinella (celui-là, non plus, vous ne le connaissiez pas...), représentant entre 10% et 40%, et le reste (maximum 20% au total, et maximum 10% pour chaque cépage) peut être de la molinara, de la rossignola, de la barbera (plus connue, celle-ci), du sangiovese (celui-ci aussi), du marzemino, du merlot et/ou du cabernet-sauvignon.

A comparer avec un vin assez bien connu en France, on citerait le Valpolicella, un vin d'ailleurs proche géographiquement, et proposant la même légèreté que le bardolino. Pour donner quelques propriétés organoleptiques, on pourrait citer la couleur plutôt claire dans la catégorie "vins rouges", virant au grenat en cas de vieillissement (mais le bardolino n'est plutôt pas un vin à faire vieillir). Le parfum est lui-même léger et la saveur est un peu amère avec peu voire pas de gras. Un vin plutôt nerveux. On peut le trouver légèrement pétillant, également.

A ne pas confondre avec le bardolino chiaretto, un vin rosé, même si l'origine géographique est la même. 

C'est un vin à déguster jeune, frais, en apéritif, ou en accompagnement de côtes d'agneau, par exemple. 

bbc781d796287e5d6444aa3d991187fa.jpg

Vous l'aurez compris, on ne parle ici, a priori, d'un vin de collectionneur, mais une bonne surprise peut toujours arriver, et parfois, un bon vin sans prétention peut déclencher des moments très agréables...

 

 

 

dimanche, 02 mars 2008

Chianti Classico : le parfum du sangiovese revient !

d0f355f9a4c4580103b9d856918c83d4.jpgCe n'est pas moi qui le dit, mais Franco Ziliani, dont il m'arrive de parler sur ce blog, à mon sens l'un des critiques oenologiques les plus indépendants d'Italie.
Et Franco a fait une note sur une dégustation de Chianti Classico des derniers millésimes (dont la 2006 qui vient de sortir) qui sonne comme une bonne nouvelle : il Rinascimento del Sangiovese (la renaissance du sangiovese, donc). Le sangiovese, c'est le cépage phare de la Toscane, celui à l'origine de presque tous les principaux grands crus : le Chianti Classico, le Vino Nobile di Montepulciano, le Brunello di Montalcino, le Rosso di Montalcino...
 
Pourquoi assistons-nous à cette Renaissance ? De nouveau, une majorité de vignerons sembleraient vouloir donner une prévalence à ce cépage, lui donner la possibilité d'exhaler tous ses parfums : "Tornano a profumare, era ora !" (ils sont de nouveaux parfumés, il était temps !). 
 
Je reprends une des citations de sa note à ce sujet, qui est reste dans la continuité de la discussion que je mène sur ce blog : 
 
"Di questo ritorno all’aureo buonsenso, dettato dai gusti del consumatore, che si è stancato di trovare aria bordolese o soluzioni stile Super Tuscan nei vini che dovrebbero rappresentare l’identità di quella storica, magnifica, inconfondibile area che tutto il mondo conosce come Chianti e la sua zona più classica,..."
 
"De ce retour au bon sens en or, dicté par les coûts du consommateur, qui s'est fatigué de trouver unair bordelais ou des solutions style Super-toscans dans les vins qui devraient représenter l'identité de cette historique, magnifique, incomparable région que le monde entier connaît comme étant le Chianti et sa zone la plus classique."
 
Rien à rajouter, si ce n'est que, oui, cela ressemble à une bonne nouvelle. 
 
 
793fea0ae03a54fe785c06d6e982efef.jpg

mercredi, 16 janvier 2008

Mais c'est quoi donc, le Prosecco ?

Excellente question, et je vous remercie de me l'avoir posée. 

a03efff2a378d36deb6c9a0ca22011a1.jpg

Le Prosecco est un vin mousseux italien. Mousseux, ce n'est pas un mot très élégant, à mon sens, et donc, je préfère le nom italien : "frizzante", ou encore "spumante"."Frizzante" serait plutôt à traduire par "pétillan", et "spumante" par "mousseux". Après ce préalable de vocabulaire, on peut attaquer le fond du problème.

Le Prosecco, c'est avant tout un cépage blanc typiquement italie, dont le nom est tiré d'une commune aux alentours de Trieste, Trieste étant la grande ville la plus à l'est de l'Italie, quasiment à la frontière slovène. 

de3193ceaf650560a3642a4f242b7e60.gif

 

Mais en réalité, même originaire de cette région, on trouve du Prosecco bien au-delà dans tout le nord de l'Italie jusqu'en Lombardie. On peut dire que ce cépage peut être utilisée à partir de la province de Bergame, jusqu'à celle de Trieste, en passant par Belluno, Padoue, Trévise, Pordenone, Udine. Mais, le coeur du Prosecco est surtout à Trévise, et c'est bien dans cette zone que l'on peut utiliser la DOC Prosecco.

Le prosecco en tant que cépage donne pour l'essentiel ce fameux spumante "Prosecco", mais également un vin blanc sec.

Pour pouvoir produire un Prosecco spumante avec l'appellation ad hoc, il faut cultiver le cépage dans la zone située entre Conegliano, Valdobbiadene et Vittorio Veneto, ou alors dans le Montello et le Colli Asolani. Je vous invite à aller sur google maps pour visualiser.

L'important à savoir, c'est que le Prosecco ne se fait pas suivant la méthode champenois, dite en toute légalité méthode classique (en italien, metodo classico...), mais suivant la méthode Charmat, autrement dit en cuve close (à haute pression). Dans la méthode champenoise, la seconde fermentation qui permet d'obtenir et garder le gaz carbonique se fait en bouteille, pendant que dans la méthode Charmat, elle se fait en cuve close.
Quels en sont, grossièrement parlant, les résultats ?
  1. D'abord, la cuve close, cela coûte moins cher à produire. Ce n'est pas neutre
  2. La cuve close donne des vins généralement plus fruités que la méthode champenoise
  3. En revanche, on obtient un produit moins fin, moins subtil
Voilà, grosso modo comment se fait le Prosecco. Bien choisi, un bon Prosecco peut avantageusement un champagne di milieu de gamme à un prix nettement plus plaisant.
 
Pour finir, la caractéristique principale du Prosecco en terme de goût, c'est cette amertume provenant de la saveur d'amande amère, propre au cépage. J'ai vu un producteur de Prosecco en décembre, Carpenè Malvolti, je vous renvoie à cette note.

 

lundi, 08 octobre 2007

Un bar à vin à Nantes

Depuis maintenant 6 mois, dont 2 à temps plein, je me suis lancé dans une création d'entreprise. Quelle entreprise ? Un bar à vin. Mais pas n'importe quel bar à vin. Un bar à vin qui ne proposerait que des vins italiens. Pourquoi cette "niche" ? Je cherchais depuis des années à ouvrir un bar, où plus vaguement, un débit de boisson, mais je ne trouvais pas un concept qui puisse me démarquer sensiblement et dans lequel je me sentirais à l'aise. Et puis, entre 2004 et 2007, grâce à ma boîte, j'ai été expatrié en Italie, à Milan, très exactement.

medium_1516031422_07082fe093.jpg

 

 

 

 

 

 

J'y ai découvert toute la culture italienne, et notamment la gastronomie, les vins (mais pas que, hein ! la culture, l'architecture, les villes, les gens...). Je suis revenu en France, et lentement, l'idée a mûri, parallèlement à une certaine lassitude de travailler dans une grosse boîte.

Et puis, en avril 2007, suite à certains événements personnels et l'apparition d'un déclic, j'ai décidé de me lancer dans le grand bain, de quitter ma boîte, et d'attaquer mon projet.

Au fur et à mesure, je vous ferai part de mon projet, qui avance, sans toutefois être abouti. Dans un premier temps, sachez que je pars après-demain en Toscane à la rencontre de memedium_spaceball.gifs futurs fournisseurs, mais également d'images précises de ce que je ferai en terme d'agencement dans mon bar.

medium_491037072_d6db23179f_m.jpg

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu