Avertir le modérateur

mardi, 06 janvier 2009

Quel est le parfum du sangiovese ?

Vous ne pouvez plus l'ignorer, désormais, fidèles lecteurs de mon blog que vous êtes : le sangiovese, c'est le cépage-roi de la Toscane. Celui qui fait les grandes appellations de la région. Et, de façon générale, si vous aves un verre de vin rouge toscan entre les mains, il y a une grande probabilité pour qu'il contienne un minimum de sangiovese.

Andrea Gori, sommelier et blogueur de Vino da Burde, s'est attaché à nous décrire quels sont les parfums du sangiovese vinifié à différents stades de son existence. Vous pouvez vous reporter directement à la note, mais elle est en italien, pas la langue la plus difficile à décrypter, certes, mais pas la plus parlée non plus par le monde francophone. Aussi vous en proposé-je une synthèse.

  • Très jeune : framboise et fraise, violette et iris (iris, j'aurais pas trouvé tout seul, je crois...)
  • Jeune de moins de 3 ans avec vieillissement minimal en bois : violette, cerise, tabac blond, orange, cuir, réglisse, olive noire
  • Après 3 années en fût : eau-de-vie d'amarena, confiture de prune, écorce d'orange confite, fleurs sèches, anis, cardamome, tabac de pipe, goudron

brunelloconsorziologo.JPGBon, moi, par exemple, la cardamome, je ne maîtrise pas bien, mais venez donc sentir mes vins à base de sangiovese in "purezza", vous me direz ce que vous retrouvez !

lundi, 17 mars 2008

Au coeur du Chianti : Castello di Tornano

eeb0b1566f3e16d3b293e062ca0decd1.jpg

 

 

Je le sais, vous allez me reprocher d'être un peu trop centré autour du chianti sur ce blog. Mais parfois, on n'y peut rien : un fournisseur vous envoie des bouteilles pour essayer, que faire ? Les jeter ? Les boire sans vous en parler ? Non, pas possible ! Mon éthique du partage des mes impressions sur le(s) vin(s) italien(s) me l'interdirait. Donc, oui, je vous le confirme, je vais vous évoquer ma dégustation de deux chianti.

e167f7db91a07d3df2d1a556589b5188.jpg

 

Bon, déjà, Castello di Tornano, c'est beau. C'est un peu l'image d'Epinal de la Toscane terrienne, celle du chianti, avec son soleil, ses douces collines, ses vieilles pierres médiévales, ses vignes, ses cyprès. Une première émotion coule sur mes joues à cette évocation d'une des plus belles régions que je connaisse au monde. Bon, j'ai pas encore fait le tour du monde non plus, hein...

Et puis, Castello di Tornano, c'est un petit tas de pierre placé au coeur, mais vraiment au coeur du chianti :

 a34a40bc7a1b4b8fae082955072b34e2.jpg

    

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin, Castello di Tornano, c'est une demeure splendide à usage touristique, pas tout-à-fait à portée de toutes les bourses, mais pour ceux qui ont la chance de pouvoir se l'offrir, dans laquelle on doit se sentir comme un coq en pâte.

 

42757e9d23ae1f3605771f6bb5b9274e.jpg

 

b8f024145ca38e5b1f1d2c42552284a7.jpg

 

5403926f386631d0fea2bbc9cc4f91b5.jpg

 

 

8d1a4131d85480cf46596fb6f41adf6d.jpg

Bon, je me perds en circonvolutions, mais en même temps, je me dis que c'est aussi ça, l'Italie. Parfois, trop, je n'ai qu'un goût modéré pour la débauche de luxe, mais en même temps, un petit coup par ci par là, je ne dis pas non. Bref, une personne qui a pris contact sur mon blog par ce petit commentaire sur cette note m'a proposé d'essayer les vins dont elle est, si j'ai bien compris, représentante.

Ayant accepté un essai, j'ai reçu deux bouteilles de chianti : un chianti classico castello di tornano 2005 et un chianti classico riserva castello di tornano 2004. Vous avez noté la différence ? C'est le "riserva" qui fait la différence. Pour expliquer en 2 mots la différence entre un chianti classico et un chianti classico riserva, disons que c'est le vieillissement qui fait la différence : un chianti classico doit vieillir 10 mois à partir du 1er janvier suivant la récolte avant de pouvoir être commercialisé, tandis qu'un chianti classico riserva doit vieillir 24 mois dont 3 minimum en bouteille.

 7030cd8999d44e5323f32e1c55def85d.jpg

Alors, donc, le chianti classico, fait pour l'essentiel de sangiovese auquel on a adjoint du canaiolo, mais aussi un fond de trebbiano toscano et de malvasia lunga (2 cépages blancs), tous des cépages typiques de la région.

L'affinement a été fait en chêne français (comme très souvent) pendant 12 mois, puis en bouteille.

Le résultat est agréable. Sans prétendre à un caractère exceptionnel pour ce chianti, j'ai retrouvé ces parfums qu'il est parfois difficile de retrouver quand l'on sort du pays d'où il est originaire, des odeurs qui l'entourent et des plats qu'il accompagne. Mais on retrouve ces odeurs fruités, de cerises à peine mûres, notamment et aussi de violette. Et puis, en goût, il y a cette acidité que trop de producteurs cherchent à masquer, cette acidité pourtant typique du sangiovese et qui donne tout son charme à cette boisson. Les tanins sont présents, légers et peu agressifs. Moi, je ne suis pas un partisan fou du chêne qui tend à masquer certaines caractéristiques d'un vin. Là on a une note finale de chêne, qui, tout en me décevant un peu, n'est pas foncièrement désagréable.

b2b7a35771a6438542b213c0d58071ad.jpg

Ce deuxième vin, le chianti classico riserva, n'est pas tout-à-fait à comparer avec le premier. En effet, le fait qu'on ait affaire à deux millésimes différents fait que la comparaison à ses limites.

Et il n'y a pas que ça : en effet, dans cette production, les cépages de complément divergent (et dix verges, c'est beaucoup...) : en plus du sangiovese et du canaiolo, on a mis une couche de merlot en plus. On sait bien ce que cela va rajouter le merlot : du fruit et de la rondeur.

L'affinement a duré 6 mois de plus en chêne.

On obtient quoi ? Un beau produit, bien rond, bien équilibré, auquel il est dur d'observer vraiment des reproches, si ce n'est qu'il manque pour le coup d'un caractère qui lui soit propre. Bien qu'aimable, il me procure moins d'émotion que le chianti classico. Mais je crois que c'est une peu mon problème en général. Mais ne gâchons pas notre plaisir, prenons-en encore un verre !!!! 

 

 

 

 

 

 

vendredi, 14 mars 2008

Déguster un Montepulciano d'Abruzzo

Je vous ai déjà parlé de ce blog : A chacun sa bouteille.

740e6782e0956e6c28bf36b394a14f2a.jpg

 

Et pas plus tard qu'il y a pas longtemps. Eh bien, comme je suis pas exclusif, et que j'accepte que vous me trompiez avec d'autres blogs, je vous renvoie de nouveau à ce blog, pour une dégustation d'un Montepulciano d'Abruzze. Je vais en profiter pour opérer le distingo entre Vino Nobile di Montepulciano et Montepulciano d'Abruzze (prolongé parfois par la dénomination "colline teramane"). Car non, il ne faut pas confondre...

Pour commencer, il saut situer les deux endroits sur une carte. En plan large, dans un premier temps :

Donc, vous avez la ville de Montepulciano, en Toscane, à l'est de Sienne, mais à proximité de la frontière de l'Ombrie, non loin de Pérouse (Pérugia, notamment). Et puis, vous avez la province de Teramo,sur la côte orientale de l'Italie, dans les Abruzzes.

 

24f2684cc26f28822beabee8c4015888.jpg

En format un peu zoomé, cela donne cela :

aa14469d677c0f818cc12af2a761bf1e.jpg

Mine de rien, compte tenu de la route à prendre, minimum 3 heures de voiture d'un bout à l'autre. En d'autres termes, nous ne sommes vraiment pas dans la même zone.

Donc, on a fixé un premier point pour différencer les deux : la situation géographique n'est clairement pas rapprochée.

Deuxième point important : le Vino Nobile di Montepulciano est fait à partir du cépage sangiovese (minimum 70%), complété par du canaiolo nero. Le sangiovese, pour rappel, est le cépage roi de la Toscane. Le Montepulciano d'Abruzzo est fait à partir du cépage montepulciano. Finalement, tout cela est assez logique si les 2 vins contiennent "Montepulciano" dans leurs appellations, même si dans un cas, cela vient du lieu, et dans l'autre du cépage.

Point commun :  ils sont tous les 2 en DOCG, le plus haut grade de qualité de la classification italienne. Le Vino Nobile di Montepulciano est en DOCG depûis 1980 tandis que le Montepulciano d'Abruzzo ne l'est que depuis 2003. Ce passage en DOCG du vin des abruzzes (le premier de la région) a valu un accroissement de la renommée, particulièrement à l'international, et les ventes s'en sont positivement ressenties. Le Vino Nobile di Montepulciano, à l'instar des vins toscans dans la foulée du chianti a vu son développement se faire une bonne dizaine d'années plus tôt, avec les gros efforts de progrès en qualité qu'a effectué la région à la fin des années 80, mais surtout au début des années 90. Bien sûr, au sein d'une même appellation, et comme en France, on trouve du bon et du moins bon.

A titre personnel, je ne suis pas encore allé voir de producteurs abruzzis, en revanche, j'ai fait une note sur Poliziano, un gros producteur toscan renommé de la zone de Montepulciano.

b60c212000c92e92509b25620999bb8f.jpg

Faisons encore une rapide focus sur chacun de ces vins :

Le Vino Nobile di Montepulciano : c'est l'un des plus vieux vins d'Italie, a priori, puisque des traces remontent au VIIIè siècle. Il a par ailleurs été dans les premiers à obtenir la DOC italienne, en 1966, le rang juste sous la DOCG. Ci-dessus, je parlais des cépages utilisés. Pour compléter, ce point, précisons : il faut un minimum de 70% de sangiovese et un maximum de 20% de canaiolo nero. Mais en fait, d'autres cépages, remplissant certaines conditions, notamment qu'ils soient autochtones, peuvent être utilisés. On peut même utiliser jusqu'à 10% de cépages blancs. Ce vin doit être affiné au moins 24 mois, dont un minimum de 12 mois en chêne avant d'être commercialisé.

c6d6100c98aa60b9c9af8d13ac38b1c9.jpg

 

Donner quelques caractéristiques organoleptiques incontournables d'un vin est toujours une entreprise délicate, chaque producteur pouvant faire varier certains aspects, mais disons que la couleur sera rubis tendant au grenat, le parfum assez intense avec des pointes de tabac, ou d'épice, pour un vin pas trop gras et plutôt équilibré. Mais bon, quand on dit ça, on est loin d'avoir tout dit.

 

de23f5883f95318a4796ca2dd2079a33.jpeg

La question du jour : pourquoi ajoute-t-on l'adjectif "nobile" (noble) dans cette appellation ? A priori, parce que c'était tout simplement le vin bu par les nobles... Pas de grand mystère là-dessous.

ad59f55c3028c9cdd8c3e153d5e6613c.jpgLe Montepulciano d'Abruzzo : l'histoire remonte à moins loin, concernant ce vin. Et sa reconnaissance fut tardive. Concernant les cépages, là aussi, soyons plus précis. Composé pour l'essentiel du cépage montepulciano (minimum 90%), il peut être complété par du sangiovese (maximum 10%). Il a une capacité de vieillissement limitée, dans le sens où 5 ans semblent représenter une bonne limite à ne pas dépasser (sauf exception, il y a toujours des exceptions). En même temps, dans sa jeunesse, il peut s'avérer un tantinet dur en raison de ses puissants tanins. Donc, entre 3 et 5 ans, voilà le bon intervalle, a priori.

 

 Merci de votre attention, bonsoir...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu