Avertir le modérateur

samedi, 22 décembre 2007

Un pré-Noël mitigé

Hier soir, j'avais organisé un petit pré-Noël chez moi, un truc en famille, destiné à écouler, découvrir et faire partager certaines de mes bouteilles italiennes découvertes au fil de ma prospection. Le moins que l'on puisse dire est que le résultat est légèrement décevant. Bon, en même temps, cela aide à faire des choix.

 

26504188f516a5c127666416348daa75.gifCostebianche 2006 - Coppo 

En guise d'apéro, ou de pré-apéro, c'est-à-dire, servi non accompagné, j'avais choisi ce Chardonnay de chez Coppo. Quand j'étais allé le voir, je n'avais pas fait de dégustation chez lui. Il m'avait cependant offert 2 bouteilles à déguster de retour en France. Donc, j'ai fait ça hier.

Ce vin est un chardonnay cultivé dans le Piémont, qui a fermenté à 70% en barrique, à 30% en cuve d'acier, puis, l'affinement est réparti dans les mêmes proportions entre bois et acier.

Eh bien, moi, le chardonnay affiné dans le bois, je le dis tout de go, je n'aime pas. En tout cas, de nouveau, cela me déçoit. Ce n'est pas une question de principe, c'est que de goût, je n'aime pas, tout simplement. Ce boisé sensé adoucir, arrondir les angles n'obtient pour moi pour seul effet que de m'écoeurer. J'insiste, si je suis écoeuré, c'est bien par le goût. Sans compter, que tous les parfums du Chardonnay sont masqués.

Bref, mauvais départ désolé.

 

e15e2f953c34d58a694838ffde40ef68.jpgKerner Brut - Carpenè Malvolti

Là, c'est l'apéro. Il me semble qu'un petit mousseux méthode classique (ou, mais faut pas le dire, méthode champenoise) était bien adapté. Carpenè Malvolti est une grosse entreprise vénitienne - ce qui ne veut pas dire qu'elle est de Venise, en l'occurrence, mais du Veneto, qui est bien la région dont Venise est la capitale, mais pour autant, on est plus proche de Trévise que de Venise, vous m'avez suivi ? - qui produit plus d'1 million de bouteilles et qui est surtout connue pour son Prosecco. Mais le Prosecco, je l'avais goûté sur place, alors j'ai plutôt choisi de ramener du mousseux.

Là, leur mousseux, ils le classent dans l'Arte spumantistica (l'art du mousseux), qui est en fait une gamme positionnée en haut de leurs produits. Leur défi est de créer un nouveau produit à un excellent niveau de qualité chaque année. En l'occurrence, il s'est agit du cépage Kerner, assez proche du Riesling, et qu'on retrouve en principe plutôt en Allemagne, sans que cela soit choquant d'en retrouver dans le Frioul.

Une robe jaune tirant vert le vert une bulle fine, un bouquet de pêches et d'agrumes, quelque chose qui inspire donc une certaine légèreté, qu'on retrouve assez en bouche, mais qui, pour un brut, est sans doute un peu trop doux, sucré, ce qui alourdit par trop l'ensemble à mon goût. Et en tout cas, qui aurait été plus adapté au dessert. Mais sur le produit en lui-même, pas grand chose à dire de négatif, il est de bonne facture, sans que l'on crie non plus au génie.

  

2b53da90d5dfd99fabaff11a4c1bd2bd.jpgConte Lucio - Pinot Grigio - Bellanotte

Bon, celui-ci, je l'avais goûté, lors de mon passage dans le Frioul à la Bellanotte.

Et je l'avais vivement apprécié, et on m'avait généreusement offert une bouteille.

La magnifique couleur était déjà en elle-même quelque chose de très attirant, et son goût, aux nombreux parfums, ne faisait que confirmer cette gourmandise visuelle, des senteurs de rose, de fruits mûrs, d'amande, de noix.

Mais là, mon erreur, car c'est mon erreur, c'est d'avoir tenté de l'accompagner avec des huîtres. Et l'huître ne va pas du tout. On n'est pas dans l'incompatibilité d'humeur, mais presque, en fait. Ce vin n'est pas assez minéral, pas assez sec, pas assez frais pour bien emmener ce coquillage. Mea culpa. Mais peu de reproches à faire au vin en lui-même.

 

La suite dans une prochaine note... Encore 3 vins...

 

 

mercredi, 05 décembre 2007

Coppo

53e7b87e222426cc03148313b4e9e687.jpg

Coppo est encore une entreprise familiale. A titre personnel, j'ai été reçu par le monsieur en haut à droite. Bon, entreprise familiale, certes, mais ce n'est pas vraiment une petite affaire. D'ailleurs, comme cela m'arrive parfois (je le note plus en Italie qu'en France, mais ce n'est peut-être que mon jugement qui est biaisé), tout est fait pour en mettre un peu plein la vue, pour donner cette impression, capitale dans le vin, de modernité, respect des traditions et réussite !!! Ca, c'est le tryptique de la réussite vigneronne italienne ! Ok, mon jugement est sans doute un peu erronné, je peux le concéder.

2bcb4b838ab689825eb46768bf2b69c5.jpg

Coppo est installé à Canelli, la capitale du moscato d'Asti, mais qui produisait également d'autres vins, tel que la Barbera. C'est le père, Piero Coppo, qui lance la machine au début du XXème siècle. Puis, son fils, Luigi prend le relais, et enfin, les 4 fils de Luigi, soit, Piero (encore de nos jours, les italiens appellent leurs enfants du prénom de leurs parents), Gianni, Roberto, Paolo.

Bref, tout ça pour dire qu'on a essayé de m'en mettre un peu plein la vue, du genre, mon pti bonhomme, si t'es tout petit, en potentiel, tu risques bien de ne pas trop nous intéresser... En même temps, je ne peux pas dire avoir été mal accueilli, non, un oenologue m'a fait faire le tour des caves, quelque chose d'assez impressionnant, des caves creusées dans le tufo, comme souvent dans la région. D'ailleurs, la ville est un vrai gruyère.

dc5cef0c6a6020d5b2e0376c1ff60a6b.gif

Etant au summum de ma grippe, j'ai annulé la dégustation (mais je suis reparti avec 2 bouteille offertes par le patron quand même), mais j'ai quand même pris le temps de discuter le bout de gras avec le frangin commis à mon accueil. Et, nonobstant toutes les réserves émises précédemment, la discussion fut malgré tout intéressante. Pas forcément encourageante, mais intéressante. En substance, mon interlocuteur ne croyait guère à la possibilité pour le vin italien de s'octroyer une part de marché correspondant à sa qualité et à son importance partout ailleurs. Il considère (et ce n'est pas le seul producteur italien opposé à cet avis) que le français est trop fier de sa production, et que si d'autres pays s'installent, ce seront les plus compétitifs en termes de prix. Il n'a sans doute pas tort. Mais je pense qu'il suffit de mettre à portée de main ces vins italiens pour susciter un intérêt. Le vin italien en France n'a pas de visibilité, ni de notoriété. Il faut le promouvoir (et non le promotionner, malheureux !!!!). 

83f6eecd9e031b61b243ebc98f945d95.gif

Bref, y a du taf... Allez, courage, se disait-il, dans sa Ford intérieur...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu