Avertir le modérateur

samedi, 20 septembre 2008

Un chianti à la foire aux vins

L'inévitable foire aux vins... J'ai, comme certainement, l'immense majorité d'entre vous, reçu les prospectus de toutes les enseignes de grande distribution du coin. Le vin étranger, comme d'habitude, est le parent pauvre. Et parmi ceux-là, le vin italien n'est pas le mieux traité. L'Espagne se taille souvent la part du lion... ce qui reste de toute façon bien maigre. Après tout, pourquoi pas, ça me laisse de la place. Mais ce n'est pas le débat, en fait.

leclerclogo.jpgA Nantes, c'est Leclerc qui écrase tout, avec ses 6 magasins. J'ai donc attaqué bille en tête. Il y avait, je dois bien le reconnaître, un peu plus de références que ce à quoi je m'attendais. Ce n'était pas la folie, ni représentatif de la variété du vignoble italien, mais pas vide non plus. Enfin, il y avait du chianti et du lambrusco, quoi... Bah bah bah, j'exagère...

Et j'ai vu un chianti DOCG que je ne connaissais pas, un Brondello (ne me demandez pas d'info, je ne connais pas). Il était pas cher, 3€82 (oui, 82). Alors que me suis-je dit ? Tiens, si j'essayais ce - visiblement - tout petit chianti ? Après tout, il ne sera sans doute pas bon, et ça me fera une bonne note de blog, je pourrais pour pas cher dire que les foires aux vins italiens en France, c'est pas bien, tout ça...chiantibrondello.JPG

Donc j'achetai...

Et je dégustai le soir-même. Couleur, tenue, rien à dire. Un rubis classique de chianti. Bon. Bouquet ? Tout de suite, l'effet madeleine a marché. Il y a 1 peu moins d'1 an, quand je suis parti en Toscane pour la première fois depuis que j'avais quitté l'Italie en 2004, à la recherche de producteurs, en quête de savoir, j'ai passé ma première soirée seul dans un restau paumé au coeur de la Toscane, même pas un village touristique, même pas un restau gastronomique, rien, une trattoria, peut-être la seule que j'avais trouvée en 1/2 heure de recherche. A peu près sûr d'être totalement satisfait, j'avais commandé des crostini au foie de volaille et funghi porcini (des cèpes, en fait), un truc fabuleux, parfumé au maximum, accompagné d'un chianti de la maison. A peine ai-je eu mis mon nez au-dessus de ce vin simple, sans prétention, à peine me suis-je dit à moi-même : "ça y est, je suis de retour en Italie".

Eh bien, ces émotions me sont revenues. Après, ce vin, qui n'est pas une piquette, n'a pas beaucoup de tenue, dure peu en bouche, offre peu de complexité, de surprises (ces fameuses caudalies), mais il m'a rappelé cette époque où je ne savais pas encore où je mettais les pieds dans mon parcours entrepreneurial. Rien que pour cela, je dis " Merci Edouard" !

A part ça, pour le prix, le vin est bien, mais ne le prenez pas pour autre chose qu'il n'est : un vin de décontraction, à accompagner d'un plat de pâtes, ça peut le faire, par exemple.

vendredi, 13 juin 2008

La réussite commerciale du Chianti Classico

56409172.gifOui, je sais ce que vous allez me dire : "Armel, tu fais une fixette sur les vins de Toscane, il faut que tu t'en sortes". En fait, non, je ne fais pas une fixette, mais dès que l'on traite d'actualité du vin italien, force est de reconnaître qu'à l'échelle internationale, ce sont les vins toscans qui font l'événement, tout simplement parce que c'est cette région qui a la plus grosse renommée et c'est également par cette zone que les vins italiens ont su retrouver le devant de la scène en devenant crédibles auprès des amateurs et des experts, autrement dit auprès de ceux qui font le marché, en commençant par le haut.
 
Bon, et pour ne pas être original, je vais même parler de l'appellation la plus connue de Toscane et d'Italie : le Chianti. Le Chianti, oui, mais le Chianti Classico, la rolls du chianti. En tout cas celle qui est vendue comme telle, le chianti produit dans la zone historique la plus restreinte qui soit.
 
Mais là, il s'agit de faire un point sur la bonne santé commerciale du chianti. En fait, l'assemblée générale du Consortium du Chianti Classico. a eu lieu récemment, et a pu montrer une grande satisfaction sur les résultats économiques de cette fameuse DOCG au coq noir (Gallo Nero).
En 2002 et 2003, les résultats avaient été difficiles, en raison d'une crise de la consommation617771545.jpg sur ces produits, notamment à l'export aux Etats-Unis. Mais depuis l'exercice 2003, chaque année a été positive en croissance de volume et de valeur. Les prix montent sans pénaliser les ventes totales, tous les indicateurs sont donc au vert.
 
Les explications avancées sont, outre une tendance nette à la reprise de la consommation de 2004 à 2008, une tendance assez uniforme de recherche de qualité de toutes les entreprises et une bonne communication sur l'appellation.
 
A méditer en voyant le bazar dans le monde du Brunello... 

lundi, 26 mai 2008

Wines of the world : Renaissance en Toscane

1188167847.jpgL'auteur du blog Wines of the world, vient d'écrire une note sur la Toscane, et la renaissance de son produits phare, le chianti classico. La note est courte, mais il n'est point besoin d'en faire plus, et la note résume bien la situation actuelle. D'ailleurs, moi-même, je m'arrête-là, allez voir sa note, et puis c'est tout.

lundi, 17 mars 2008

Au coeur du Chianti : Castello di Tornano

eeb0b1566f3e16d3b293e062ca0decd1.jpg

 

 

Je le sais, vous allez me reprocher d'être un peu trop centré autour du chianti sur ce blog. Mais parfois, on n'y peut rien : un fournisseur vous envoie des bouteilles pour essayer, que faire ? Les jeter ? Les boire sans vous en parler ? Non, pas possible ! Mon éthique du partage des mes impressions sur le(s) vin(s) italien(s) me l'interdirait. Donc, oui, je vous le confirme, je vais vous évoquer ma dégustation de deux chianti.

e167f7db91a07d3df2d1a556589b5188.jpg

 

Bon, déjà, Castello di Tornano, c'est beau. C'est un peu l'image d'Epinal de la Toscane terrienne, celle du chianti, avec son soleil, ses douces collines, ses vieilles pierres médiévales, ses vignes, ses cyprès. Une première émotion coule sur mes joues à cette évocation d'une des plus belles régions que je connaisse au monde. Bon, j'ai pas encore fait le tour du monde non plus, hein...

Et puis, Castello di Tornano, c'est un petit tas de pierre placé au coeur, mais vraiment au coeur du chianti :

 a34a40bc7a1b4b8fae082955072b34e2.jpg

    

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin, Castello di Tornano, c'est une demeure splendide à usage touristique, pas tout-à-fait à portée de toutes les bourses, mais pour ceux qui ont la chance de pouvoir se l'offrir, dans laquelle on doit se sentir comme un coq en pâte.

 

42757e9d23ae1f3605771f6bb5b9274e.jpg

 

b8f024145ca38e5b1f1d2c42552284a7.jpg

 

5403926f386631d0fea2bbc9cc4f91b5.jpg

 

 

8d1a4131d85480cf46596fb6f41adf6d.jpg

Bon, je me perds en circonvolutions, mais en même temps, je me dis que c'est aussi ça, l'Italie. Parfois, trop, je n'ai qu'un goût modéré pour la débauche de luxe, mais en même temps, un petit coup par ci par là, je ne dis pas non. Bref, une personne qui a pris contact sur mon blog par ce petit commentaire sur cette note m'a proposé d'essayer les vins dont elle est, si j'ai bien compris, représentante.

Ayant accepté un essai, j'ai reçu deux bouteilles de chianti : un chianti classico castello di tornano 2005 et un chianti classico riserva castello di tornano 2004. Vous avez noté la différence ? C'est le "riserva" qui fait la différence. Pour expliquer en 2 mots la différence entre un chianti classico et un chianti classico riserva, disons que c'est le vieillissement qui fait la différence : un chianti classico doit vieillir 10 mois à partir du 1er janvier suivant la récolte avant de pouvoir être commercialisé, tandis qu'un chianti classico riserva doit vieillir 24 mois dont 3 minimum en bouteille.

 7030cd8999d44e5323f32e1c55def85d.jpg

Alors, donc, le chianti classico, fait pour l'essentiel de sangiovese auquel on a adjoint du canaiolo, mais aussi un fond de trebbiano toscano et de malvasia lunga (2 cépages blancs), tous des cépages typiques de la région.

L'affinement a été fait en chêne français (comme très souvent) pendant 12 mois, puis en bouteille.

Le résultat est agréable. Sans prétendre à un caractère exceptionnel pour ce chianti, j'ai retrouvé ces parfums qu'il est parfois difficile de retrouver quand l'on sort du pays d'où il est originaire, des odeurs qui l'entourent et des plats qu'il accompagne. Mais on retrouve ces odeurs fruités, de cerises à peine mûres, notamment et aussi de violette. Et puis, en goût, il y a cette acidité que trop de producteurs cherchent à masquer, cette acidité pourtant typique du sangiovese et qui donne tout son charme à cette boisson. Les tanins sont présents, légers et peu agressifs. Moi, je ne suis pas un partisan fou du chêne qui tend à masquer certaines caractéristiques d'un vin. Là on a une note finale de chêne, qui, tout en me décevant un peu, n'est pas foncièrement désagréable.

b2b7a35771a6438542b213c0d58071ad.jpg

Ce deuxième vin, le chianti classico riserva, n'est pas tout-à-fait à comparer avec le premier. En effet, le fait qu'on ait affaire à deux millésimes différents fait que la comparaison à ses limites.

Et il n'y a pas que ça : en effet, dans cette production, les cépages de complément divergent (et dix verges, c'est beaucoup...) : en plus du sangiovese et du canaiolo, on a mis une couche de merlot en plus. On sait bien ce que cela va rajouter le merlot : du fruit et de la rondeur.

L'affinement a duré 6 mois de plus en chêne.

On obtient quoi ? Un beau produit, bien rond, bien équilibré, auquel il est dur d'observer vraiment des reproches, si ce n'est qu'il manque pour le coup d'un caractère qui lui soit propre. Bien qu'aimable, il me procure moins d'émotion que le chianti classico. Mais je crois que c'est une peu mon problème en général. Mais ne gâchons pas notre plaisir, prenons-en encore un verre !!!! 

 

 

 

 

 

 

dimanche, 16 mars 2008

Résultats du sondage : Quelle appellation italienne connaissez-vous le mieux ?

Voici les résultats du troisième sondage en ligne organisé sur mon blog.

Pour rappel, donc, la question était : "quelle appellation italienne connaissez-vous le mieux ?" Dans un premier temps, un point sur le taux de participation. Sur la période du sondage, j'ai eu 436 visiteurs uniques absolus et sur ces 436 visiteurs, j'ai eu 11 votes. Soit un taux de participation de 3%. Le taux de participation sur le précédent sondage était de 4%, on est donc en baisse incontestable. Mon sondage n'était donc sans doute pas suffisamment intéressant...

Bon, voilà les résultats quand même. 

 

3292e9056a6ade0d56eb0f277f45efd1.jpg

 

Sans surprise, c'est le chianti qui l'emporte avec 5 votes, soit 45% des voix. L'élection dès le premier tour n'est pas passée loin, puisqu'il manquait une voix pour obtenir la majorité absolue... Sur le podium, a égalité, deux autres appellations ayant une certaine notoriété a priori, le lambrusco et le barolo, 2 voix chacune. Un accessit pour le bardolino et le primitivo.

Je dois dire que je m'attendais à trouver des votes pour le marsala ou le prosecco, par exemple, mais ce ne fut pas le cas. Il faut dire que le chianti arrive aisément à l'esprit et il est par conséquent difficile de faire de la place pour d'autres.

En tout cas, tout cela montre que mon blog a de longs jours devant lui, puisque je n'ai pas encore évoqué une seule fois ni le lambrusco ni le bardolino.

Les sondages précédents étaient :


N'oubliez pas de voter pour le nouveau sondage sur vos thèmes préférés dans ce blog.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu