Avertir le modérateur

dimanche, 17 février 2008

Un spumante de chez Carpenè ?

 
9569de1a3e574c3898d62784de24fb5d.jpg
Carpenè Malvolti est une maison de la Vénétie spécialisée dans le spumante, et tout particulièrement dans le Prosecco. Mais j'ai déjà fait une note sur cette maison, je ne peux que vous inviter à la consulter pour en savoir plus. Par ailleurs, j'ai déjà fait un compte-rendu de dégustation du Kerner Brut, un des produits haut de gamme de la maison. Aujourd'hui, je vais évoquer le Rosé Brut de cette maison, qui est également un produit haut de gamme de Carpenè.
8aa618b3cf024db4e6263ce8af82f2ba.jpg
 
Vous pouvez le constater, déjà, une bouteille de mousseux italien, en tout cas chez Carpenè, n'a pas la même forme qu'en France. Ceci dit, la maison s'adapte et sait proposer la bouteille classique à ses clients internationaux. D'ailleurs, je sollicite l'avis de mes chers lecteurs pour savoir si la forme italienne est préférable à la forme française.
 
Bref. Ce Rosé, je l'ai servi en apéritif, mais il a finalement accompagné tout le repas, dont le plat principal était un lapin au romarin plutôt réussi. Ce rosé brut est constitué à 85% de pinot noir (donc le cépage le plus utilisé pour nos champagnes) et à 15% de Raboso. Ce-dernier est un cépage rouge autochtone de la région, qui, consommé pur, est assez difficile à appréhender. D'ailleurs, même dans la région, il est de moins en moins consommé et produit. Carpenè, à travers son haut de gamme, cherche à revaloriser un peu ces cépages tombés en désuétude.
Contrairement au Prosecco, et à l'instar de son haut de gamme, appelé "l'Arte Spumantistica", il est traité en méthode champenoise.
 

Alors qu'avons-nous ? Une belle couleur groseille, assez peu fréquente dans les rosés spumanti, qui sont souvent plus sombres que cela. des bulles bien fines, avec une belle densité. Une couleur originale, agréable et apétissante. Un bouquet bien fleuri, avec des notes de fruits type framboise et mûre, mais tout en légèreté. Quant à la saveur, on obtient un breuvage plaisant, peut-être un tout petit peu trop sucré à mon humble goût, mais accompagnant divinement le lapin au romarin. Le prolongement en bouche est bel et bien présent, certes, mais justement, le côté trop sucré sur une boisson légère comme celle-ci fait que l'on retient à contre-coeur un peu trop le sucre, et un peu moins les autres saveurs.

Mais une boisson qui propose un vrai plaisir durant la dégustation, et c'est le plus important. 

 
 

mercredi, 16 janvier 2008

Mais c'est quoi donc, le Prosecco ?

Excellente question, et je vous remercie de me l'avoir posée. 

a03efff2a378d36deb6c9a0ca22011a1.jpg

Le Prosecco est un vin mousseux italien. Mousseux, ce n'est pas un mot très élégant, à mon sens, et donc, je préfère le nom italien : "frizzante", ou encore "spumante"."Frizzante" serait plutôt à traduire par "pétillan", et "spumante" par "mousseux". Après ce préalable de vocabulaire, on peut attaquer le fond du problème.

Le Prosecco, c'est avant tout un cépage blanc typiquement italie, dont le nom est tiré d'une commune aux alentours de Trieste, Trieste étant la grande ville la plus à l'est de l'Italie, quasiment à la frontière slovène. 

de3193ceaf650560a3642a4f242b7e60.gif

 

Mais en réalité, même originaire de cette région, on trouve du Prosecco bien au-delà dans tout le nord de l'Italie jusqu'en Lombardie. On peut dire que ce cépage peut être utilisée à partir de la province de Bergame, jusqu'à celle de Trieste, en passant par Belluno, Padoue, Trévise, Pordenone, Udine. Mais, le coeur du Prosecco est surtout à Trévise, et c'est bien dans cette zone que l'on peut utiliser la DOC Prosecco.

Le prosecco en tant que cépage donne pour l'essentiel ce fameux spumante "Prosecco", mais également un vin blanc sec.

Pour pouvoir produire un Prosecco spumante avec l'appellation ad hoc, il faut cultiver le cépage dans la zone située entre Conegliano, Valdobbiadene et Vittorio Veneto, ou alors dans le Montello et le Colli Asolani. Je vous invite à aller sur google maps pour visualiser.

L'important à savoir, c'est que le Prosecco ne se fait pas suivant la méthode champenois, dite en toute légalité méthode classique (en italien, metodo classico...), mais suivant la méthode Charmat, autrement dit en cuve close (à haute pression). Dans la méthode champenoise, la seconde fermentation qui permet d'obtenir et garder le gaz carbonique se fait en bouteille, pendant que dans la méthode Charmat, elle se fait en cuve close.
Quels en sont, grossièrement parlant, les résultats ?
  1. D'abord, la cuve close, cela coûte moins cher à produire. Ce n'est pas neutre
  2. La cuve close donne des vins généralement plus fruités que la méthode champenoise
  3. En revanche, on obtient un produit moins fin, moins subtil
Voilà, grosso modo comment se fait le Prosecco. Bien choisi, un bon Prosecco peut avantageusement un champagne di milieu de gamme à un prix nettement plus plaisant.
 
Pour finir, la caractéristique principale du Prosecco en terme de goût, c'est cette amertume provenant de la saveur d'amande amère, propre au cépage. J'ai vu un producteur de Prosecco en décembre, Carpenè Malvolti, je vous renvoie à cette note.

 

samedi, 22 décembre 2007

Un pré-Noël mitigé

Hier soir, j'avais organisé un petit pré-Noël chez moi, un truc en famille, destiné à écouler, découvrir et faire partager certaines de mes bouteilles italiennes découvertes au fil de ma prospection. Le moins que l'on puisse dire est que le résultat est légèrement décevant. Bon, en même temps, cela aide à faire des choix.

 

26504188f516a5c127666416348daa75.gifCostebianche 2006 - Coppo 

En guise d'apéro, ou de pré-apéro, c'est-à-dire, servi non accompagné, j'avais choisi ce Chardonnay de chez Coppo. Quand j'étais allé le voir, je n'avais pas fait de dégustation chez lui. Il m'avait cependant offert 2 bouteilles à déguster de retour en France. Donc, j'ai fait ça hier.

Ce vin est un chardonnay cultivé dans le Piémont, qui a fermenté à 70% en barrique, à 30% en cuve d'acier, puis, l'affinement est réparti dans les mêmes proportions entre bois et acier.

Eh bien, moi, le chardonnay affiné dans le bois, je le dis tout de go, je n'aime pas. En tout cas, de nouveau, cela me déçoit. Ce n'est pas une question de principe, c'est que de goût, je n'aime pas, tout simplement. Ce boisé sensé adoucir, arrondir les angles n'obtient pour moi pour seul effet que de m'écoeurer. J'insiste, si je suis écoeuré, c'est bien par le goût. Sans compter, que tous les parfums du Chardonnay sont masqués.

Bref, mauvais départ désolé.

 

e15e2f953c34d58a694838ffde40ef68.jpgKerner Brut - Carpenè Malvolti

Là, c'est l'apéro. Il me semble qu'un petit mousseux méthode classique (ou, mais faut pas le dire, méthode champenoise) était bien adapté. Carpenè Malvolti est une grosse entreprise vénitienne - ce qui ne veut pas dire qu'elle est de Venise, en l'occurrence, mais du Veneto, qui est bien la région dont Venise est la capitale, mais pour autant, on est plus proche de Trévise que de Venise, vous m'avez suivi ? - qui produit plus d'1 million de bouteilles et qui est surtout connue pour son Prosecco. Mais le Prosecco, je l'avais goûté sur place, alors j'ai plutôt choisi de ramener du mousseux.

Là, leur mousseux, ils le classent dans l'Arte spumantistica (l'art du mousseux), qui est en fait une gamme positionnée en haut de leurs produits. Leur défi est de créer un nouveau produit à un excellent niveau de qualité chaque année. En l'occurrence, il s'est agit du cépage Kerner, assez proche du Riesling, et qu'on retrouve en principe plutôt en Allemagne, sans que cela soit choquant d'en retrouver dans le Frioul.

Une robe jaune tirant vert le vert une bulle fine, un bouquet de pêches et d'agrumes, quelque chose qui inspire donc une certaine légèreté, qu'on retrouve assez en bouche, mais qui, pour un brut, est sans doute un peu trop doux, sucré, ce qui alourdit par trop l'ensemble à mon goût. Et en tout cas, qui aurait été plus adapté au dessert. Mais sur le produit en lui-même, pas grand chose à dire de négatif, il est de bonne facture, sans que l'on crie non plus au génie.

  

2b53da90d5dfd99fabaff11a4c1bd2bd.jpgConte Lucio - Pinot Grigio - Bellanotte

Bon, celui-ci, je l'avais goûté, lors de mon passage dans le Frioul à la Bellanotte.

Et je l'avais vivement apprécié, et on m'avait généreusement offert une bouteille.

La magnifique couleur était déjà en elle-même quelque chose de très attirant, et son goût, aux nombreux parfums, ne faisait que confirmer cette gourmandise visuelle, des senteurs de rose, de fruits mûrs, d'amande, de noix.

Mais là, mon erreur, car c'est mon erreur, c'est d'avoir tenté de l'accompagner avec des huîtres. Et l'huître ne va pas du tout. On n'est pas dans l'incompatibilité d'humeur, mais presque, en fait. Ce vin n'est pas assez minéral, pas assez sec, pas assez frais pour bien emmener ce coquillage. Mea culpa. Mais peu de reproches à faire au vin en lui-même.

 

La suite dans une prochaine note... Encore 3 vins...

 

 

mercredi, 12 décembre 2007

Carpenè Malvolti

J'ai commencé mon séjour par un passage chez Carpenè Malvolti, (attention, la musique du site est rapidement chiante... je crois que c'est une BOF de Bond, James Bond, va savoir pourquoi...) spécialiste de la bulle dans le nord est de l'Italie. Donc, Carpenè Malvolti est plus dans le Veneto que dans le Frioul, mais comme il faut que j'aie absolument un fournisseur de Prosecco, j'ai fait une incursion en Vénétie (ou Veneto, en italien...).
665684250f014b1594e9836b11a4345c.gif
Bon,là, il s'agit vraiment d'une grosse machine, qui produit plus d'1 millions de bouteille. J'en ai rencontrées peu de cette taille. Mais mes recherches m'ont amené positivement vers cette entreprise. Bon, j'en profite pour faire un petit point sur ce qu'est le Prosecco, qui est quand même l'une des grandes boissons italiennes, particulièrement bue à l'époque de Noël. Donc, le Prosecco, c'est à la base un cépage blanc. C'est un spumante (un mousseux) obtenu par la méthode Charmat, par opposition, notamment, à la méthode champenoise (ou traditionnelle).
 55926a2f50690b3efa242b6a6975ec67.jpg
La méthode Charmat consiste à obtenir la mousse dans une cuve fermée à haute pression, avec une seconde fermentation, ce qui permet d'obtenir (et de conserver) le gaz carbonique qui vient de la fermentation. Cette méthode présente notamment l'avantage d'être plus simple et plus économique.
Chez Carpenè, j'ai goût le brut et le dry. Le Brut est sans doute trop sucré pourle goût français, mais c'est intéressant.
 
Un des aspects particuliers et que j'apprécie dans le Prosecco, c'est notamment cette mousse à la densité particulière,un peu plus épaisse que celle du champagne, que l'on pourrait même conserver en bouche.
51cdb2a81487594fc00fe9cee51765d5.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu