Avertir le modérateur

vendredi, 18 avril 2008

Le commerce international du vin

Viti-net vient de sortir un article sur la consommation, les exportations de vin et les meilleurs exportateurs, d'après les données de l'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.
 
En termes de consommation, on reste en 2007 sur une quasi-stagnation de la consommation, aux alentours de 240 millions hl. Globalement sur l'Union européenne des 15 premiers pays originaires, on note une légère baisse de la consommation, notamment en raison de la tendance baissière des 3 principaux pays consommateurs que sont la France, l'Italie et l'Espagne, compensée en partie, mais en partie seulement par l'augmentation de la consommation au Royaume-Uni et en Allemagne.
En-dehors de l'Europe, les Etats-Unis continuent d'augmenter leur consommation. Pour rappel, il est prévu que les Etats-Unis soient les premiers consommateurs au monde à l'horizon 2010.
 
Concernant les exportations, voici le tableau :
d1bff01e156d29b2e30406e1329c7460.jpg
Tindin !!!!! Eh oui, l'Italie conserve de loin sa première place, tout en conservant sa part de marché, avec 18.8 millions d'hl exporté, soit 21% des exportations totales. La France perd sa seconde place au bénéfice de l'Espagne, même si cela se joue à peu de choses.
En tout cas, tout cela révèle la bonne tenue des vins italiens et son excellente réputation de par le monde, même si nous, français, continuons de le sous-estimer. 
 
 

lundi, 14 avril 2008

Velenitaly : le scandale des vins toxiques

 059b7e69af59d1210e8673c85010de80.jpg

Vous en avez peut-être entendu parler, mais en plus du Brunellopoli, que j'ai déjà évoqué, mais sur lequel je reviendrai dès que possible, il existe un autre scandale du vin actuellemen en Italie : Le Velenitaly. C'est un scandale que l'Espresso, un hebdo de news italien a mis en exergue. Velenitaly, c'est un surnom malin qu'a donné l'Espresso à ce scandale, croisante veleno (vénéneux), avec Italy pour rappeler le salon Vinitaly 2008. Ils ont sorti cette affaire (en en rajoutant sur l'histoire du Brunellopoli).

De quoi s'agit-il ? 70 millions de litre de vin provenant de toute l'Italie et contenant entre autres joyeusetés des acides toxiques pour l'être humain (chlorydrique et sulfurique) et autres substances cancérigènes auraient été produits et mis en vente. La mafia du sud de l'Italie ne serait pas étrangère à cette affaire.

Ce vin proviendrait de 14 entreprises - aujourd'hui mises sous séquestre - et serait vendu très peu cher en grande surface (entre 0.70 et 2 €). Comme je suis très joueur, je me suis amusé à faire la carte sur Googl Maps de ces 14 entreprises.

 

 
Agrandir le plan

Ce qui frappe en premier lieu, c'est que toute l'Italie est touchée, même si on suppose que la mafia du mezzogiorno est à la base du scandale. Cela va du Piémont, au nord-ouest, jusqu'aux Pouilles, au sud-est, en passant par la Vénétie ou l'Emilie-Romagne. Ce qui frappe par la suite, c'est que certaines connections se sont visiblement opérées dans certaines zones, puisqu'on constate un groupe de 3 entreprises rapprochées géographiquent dans la zone du Piémont, mais également 3 autour d'Imola, en Emilie-Romagne, et dans les Pouilles, autour de Lecce. Anecdotique, mais amusant.

Important de préciser, cependant : pour l'instant, rien ne prouve que ces 14 caves incriminées aient agi en pleine connaissance de cause. En attendant, on estime que les bouteilles en question ne contenaient souvent pas plus d'1/3 de vin... C'est un peu juste... Là aussi, je vous tiendrai au courant. 

mercredi, 09 avril 2008

Le Brunellopoli : à quoi bon ?

ef8b62d9c82813e7745d3142eb01822d.jpgLe Brunello di Montalcino, en France, n'est pas très connu. C'est pourtant l'un des vins italiens les plus fameux, les plus réputés et les plus chers, avec une reconnaissance internationale incontestable. Ce vin vient de plonger en plein scandale.
On apprenait courant mars 2008 que certains producteurs très réputés pour leur Brunello 2003 étaient l'objet d'une enquête du parquet de Sienne, avec mise sous séquestre de leur cave car on les soupçonnait d'avoir vendu du vin des Pouilles sous l'étiquette Brunello di Montalcino. Un scandale d'autant plus important que l'on parle d'un vin DOCG, donc soumis à des règles très strictes pour obtenir ce blanc-seing. Parmi les grands noms, on compterait a priori Frescobaldi, Casanova di Neri ou Antinori, des noms que vous devez désormais connaître si vous lisez régulièrement ce blog. Et même peut-être les connaissiez-vous sans avoir eu besoin de ce blog.
8c36d7269825faaffbe34f11b2a4a90b.jpg
 
 
Au fur et à mesure, les choses s'éclaircissent, mais on est loin de tout savoir : en tout cas, il semblerait bien que le vin des Pouilles n'a rien à voir, mais que le Brunello, un vin fait à partir du sangiovese (100% sangiovese, selon la loi italienne, pour obtenir la DOCG) aurait été allongé avec des cépages français (merlot, cabernet, notamment), ce qui n'est pas franchement mieux, la fraude restant de la même gravité si elle devait être avérée.
 
95bf552a37ab2ba82540534c48a9cadc.jpg
Bon, peu d'informations suintent du parquet de Sienne, mais la question que l'on pourrait se poser, c'est pourquoi faire ce mélange ? Le mauvais millésime 2003 peut-il expliquer cette fraude ? En même temps, vus les commentaires des critiques italiens, on ne peut pas vraiment considérer que cela ait eu un impact positif. A suivre, sans aucun doute, en tout cas, ce scandale alimente copieusement les blogs spécialisés... Toujours étonnant : on en parle dans tous les pays qui ont des auteurs de blogs auxquels je suis abonnés ou presque (italiens, américains, canadiens, suisses, belges), mais pas dans les blogs français... Ah, ce centrisme franco-français sur son propre vin... Et pourtant, on ne parle pas du premier vin de table venu !

Et ceci n'est que le premier des deux scandales frappant le monde du vin italien en ce moment. J'évoquerai l'autre scandale un de ces prochains jours...  Je vous le dis, en ce retour de déplacement professionno-hédoniste, il y a du pain sur la planche, et ce blog n'est que la face cachée de l'iceberg. 


dimanche, 06 avril 2008

Superficies et productions

J'ai mis ma note dans la catégorie "Le vin italien", mais en fait, les chiffres parlent du vin à un niveau mondial. Il s'agit de faire ici un point sur les superficies et productions en 2007 dans les principaux pays fournisseurs de vin. Les données viennent de Viti-Net, un site d'information plus ou moins complet suivant que l'on paye ou non.
 
Commençons par un point sur les superficies mondiales :
D'un point de vue global, les superficies destinées à la production de vin ont baissé de 37.000 ha, ce qui est loin d'être négligeable. 
adae3026971392f39b14eca171c0e878.jpg
Ce qui apparaît assez rapidement dans ce tableau, c'est que tous les pays européens ou assimilés (je ne rentrerai pas dans le débat de définir si la Turquie est européenne ou pas, mais je la mets dans le groupe) voient leur surface régresser : dans l'ordre décroissant de régression en ha, on trouve la France (-20.000 ha), la Roumanie (-8.000 ha), l'Espagne (-5.000 ha), l'Italie (-3.000 ha), la Turquie (-2.000 ha) et le Portugal (-1.000 ha).
L'évolution de l'Europe est à lier avec la politique d'arrachage mise en place par l'Union Européenne.
 
Et inversement, les pays du "Nouveau Monde" sont plutôt en progression, Chine mis à part, qui reste stable. Ce qui fait que seule l'Europe explique la baisse de ces superficies.
 
On constate que l'Itale, troisième en superficie de vignoble, a relativement peu subi de dégâts comparé à la France, qu, il est vrai, reste le pays qui subit le plus de pression pour le "dégraissage" de ses vignobles.
L'analyse de Viti-Net sur ce lien
 
Passons aux productions mondiales :
Comme pour les superficies - mais cela semble a priori logique -, on peut constater une baisse de la production mondiale de vin d'environ 20 millions hl, pour une production en 2007 d'environ 265 millions hl.
 
81939a1579fee62c0e16735f7cd40150.jpg
Mais en regardant les chiffres pays par pays, on ne peut que constater que les baisses de production sont autrement plus substantielles que les baisses de culture. Ainsi, les 3 premiers pays "historiques" connaissent des régressions peu comparables avec les pertes de vignoble : l'Italie est à -14% pour -0,4%, la France est à -14% pour -2,3%, et l'Espagne est à -8,7% pour -0,4%. On trouve des régressions encore plus fortes cependant, comme l'Australie (-32,9%, sécheresse) ou le Portugal (-24%). Viti-Net ne donne pas d'explication à ces fortes baisses, si ce n'est pour l'Australie. J'aurais tendance, pour ma part à les attribuer à un développement de la qualité au détriment de la quantité (les deux objectifs dans le domaine du vin n'étant pas toujours compatibles).
 
Donc, si mon hypothèse est bonne, cela signifierait que l'Italie a assisté à un développement de la qualité important en 2007...
A voir... 
 
L'analyse de Viti-Net sur ce lien.
 

mardi, 01 avril 2008

La place du vin italien en France

eabcca7dea634563d0da714913958a77.jpgViniflhor, l'office national interprofessionnel des fruits, des légumes, des vins et de l'horticulture est une vraie mine d'or si l'on cherche des statistiques sur le vin en France. Alors, évidemment, il y est principalement question de vin français, mais pas seulement. Puisqu'on y parle commerce, consommation, exportation, etc, on parle aussi de vins étrangers. Par exemple, courant mars, l'organisme a sorti un rapport intéressant sur le commerce extérieur des vins en 2007.
Bien sûr, on parle plus d'exportation que d'importation, mais l'import y est malgré tout évoqué. 
 
Concernant les importations, donc, de façon générale, le volume importé est en très légère augmentation en 2007 par rapport à 2006 (+0,5%), avec 5,4 millions d'hl. Même si l'augmentation est faible, c'est la première année depuis 2004 que l'on constate cette hausse. En valeur, on observe une croissance nettement plus élevée, traduisant une augmentation du prix à la bouteille : 544 millions € (+9,9%).
071ace2e604f38d3a4d524c1edbcf6be.jpg
 
En gros, bon an mal an, le niveau en volume est celui constaté depuis 1996 si l'on fait exception des 3 années du début du siècle, qui ont connu un trou sous les 5 millions d'hl, tandis qu'en valeur, on atteint un niveau record, le précédent record datant de 2000 (qui avait d'ailleurs précédé le début de la chute de 3 ans).
 
On en arrive à ce qui intéresse directement ce blog, de par son thème (et non "de part", comme on le voit souvent écrit...) : le poids des vins italiens dans tout cela. 
 
e3e6310638b12dfe1276d4fd0a41d23c.jpg
Force est de constater que l'année 2007 n'a pas été l'année du vin italien en France. Certes, ce pays continue d'occuper la deuxième place, mais les forteresses que sont l'Espagne et l'Italie sont tellement inattaquables à court terme par des pays tiers que ce simple maintien dans le classement n'est guère révélateur.
Donc, l'Italie a vu sa part de marché en volume baisser dans les importations françaises, passant de 28% à 24%, alors, que globalement, les importations en France ont augmenté : l'Italie n'a pas su profiter de ce léger regain. La régression du vin italien est de 13% / 2006, ce qui n'est pas négligeable. Si on parlait d'une entreprise, le directeur commercial France aurait déjà sauté...
 
Ce qui est par ailleurs intéressant dans le graphique de l'Italie, c'est cette chute très significative constatée depuis 2000, où les vins italiens pesaient pour 66% des ventes de vin étranger en France pour tomber progressivement à 20% en 2003. Depuis cette année 2003, le vin italien tourne autour des 20% avec toutefois une pointe en 2006 à 28%.
Je n'ai pas réussi à m'expliquer les raisons de cette dégradation sur 4 ans, mais je vais chercher, et je vous tiendrai au courant.
 
En tout cas, d'un point de vue français, félicitons-nous, la balance commerciale du vin est largement excédentaire, puisque quand on importe 544 millions €, on en exporte 6.748 millions, soit un solde positif de 6.204 millions, en progression de 10% / 2006. Le vin français est peut-être en crise, mais tous les chiffres ne le démontrent pas...
 
 
 
 
 
 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu