Avertir le modérateur

jeudi, 13 novembre 2008

Mercredi 19 novembre, 20h00 : soirée dégustation chez CasaVino !

CasaVino organise sa 2nde soirée dégustation !

Mercredi 19 novembre à 20h00, CasaVino reçoit Giacomo Vico, vigneron dans le Piémont. Pour 10€ par personne, vous pourrez découvrir 4 des meilleurs vins de Giacomo Vico :
Cette dégustation sera évidemment accompagnée de spécialités italiennes et surtout des commentaires "en français dans le texte" de son producteur. Ne manquez pas cette occasion et n'hésitez pas à faire passer l'information.

Pour s'inscrire, plusieurs possibilités :
  • Envoyez un e-mail à armelmichenaud@yahoo.fr
  • Appelez CasaVino au 02.40.47.96.30 ou 06.78.22.55.96
  • Encore mieux : passez à CasaVino, au 18, rue de Briord, 44000 Nantes
Et la cerise sur le gâteau : à partir d'une bouteille achetée à l'issue de la dégustation, les 10€ sont déduits du montant total d'achat !

A mercredi...

15:11 Publié dans Dégustations | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vico, piémont

jeudi, 23 octobre 2008

En route pour le Frioul

carteFrioul.jpgAttention, on monte en puissance ! CasaVino organise sa première dégustation et c'est le mercredi 29 octobre à partir de 21h. Au programme, le Frioul. Oui, alors, certes, le Frioul, c'est où, me direz-vous. C'est à l'extrême Nord-Est de l'Italie à la frontière slovène, et je peux vous dire que l'hiver, il y fait froid. Pour vous aider un peu, les villes majeures du Frioul sont Trieste et Udine (cette dernière pouvant peut-être parler aux fans de foot). Et le Frioul fait d'excellents vins, je peux vous le dire, puisque c'est l'une des régions que j'ai parcouru pour sélectionner mes vins.

Il est prévu d'y ouvrir des bouteilles bien sympathiques issues de 3 producteurs différents, la Bellanotte, Petrussa et Primosic. 10 bouteilles différentes y seront proposées, ce qui constituera une bonne présentation de ce que peut faire le Frioul, à la fois avec des cépages internationaux (sauvignon, tocai, par exemple), mais aussi avec des cépages typiques de là-bas (refosco, ribolla gialla).

Le tout sera bien évidemment accompagné de petits produits adaptés à la dégustation de ces vins, entre charcuterie, fromage et antipasti, voire quelque sucrerie.

Le coût est de 30€ par personne.

Alors, si vous voulez participer, passez donc vous inscrire à CasaVino, 18, rue de Briord, à Nantes. Attention, le nombre de place est limité (10 personnes environ).

lundi, 29 septembre 2008

Pininfarina ne dessine pas que des voitures

pininfarinavoiture.JPGPourquoi cette voiture en ouverture de blog ? Vous devez vous dire qu'un homme qui s'intéresse au vin doit s'intéresser aux voitures, par exemple. Pourquoi pas, ça arrive. Mais moi, les voitures me laissent froid. Voire, dans certains cas, me rebutent. La voiture est à la base un moyen de locomotion, pas franchement un synonyme de plaisir, et je n'ai pas non plus l'intention d'en faire - pour moi - un signe extérieur de richesse.

Mais je m'égare. La photo que vous voyez a été dessinée, ou désignée par Pininfarina, un designer majeur en Italie, et dans le monde de l'automobile. Et alors ? Et alors, Pininfarina a dessiné une bouteille de vin. Une bouteille de Prosecco, très exactement. C'est quoi donc, le prosecco ?

Je n'ai pas encore ouvert mon bar, et je n'ai pas encore reçu 90% de mon vin, celui que je fais directement venir d'Italie. Mais, dans une logique conséquence, 10% de mon vin est arrivé, celui de Vins du Monde. Et dans ces 10%, il y a quelques bouteilles de prosecco. Des bouteilles dessinées par Pininfarina. Et voilà... Comme quoi, le prosecco inspire des noms connus, pour le pire et pour le meilleur. Des amis proches sont passés hier jeter un coup d'oeil à mon bar. Et, avec les moyens qui m'étaient donnés à ce moment, j'ai voulu créer l'ambiance qui sera celle de mon bar.

Ce qui donne ça :

proseccopininfarina.JPG

Eh ouais, eh ouais, eh ouais ! J'avais sorti mes coupes trop belles ! On ne voit pas bien la bouteille ? Alors, voici la gamme complète des bouteilles bulleuses dessinées par Pininfarina :

pininfarinagamme.JPG

Voilà. On n'est pas dans l'extravagant, dans le monde du vin, il vaut mieux éviter : d'une part, cela ne va pas forcément avec une image de qualité, d'autre part, la forme de la bouteille est importante pour la conservation et le goût du vin. En l'occurrence, la bouteille est fine et élégante.gancialogo.JPG

Certes, me direz-vous... Et le produit intrinsèque en lui-même, que vaut-il ? Que voilà une excellente question ! Le produit vient de chez Gancia. Pas les derniers des nullards, même si d'aucuns disent qu'ils ne sont pas au firmament de leur gloire. Mais une garantie d'un produit de bonne qualité dans la gamme prosecco. Bon, je me garderais de faire une analyse approfondie de ce Prosecco, mon souvenir restant en l'occurrence celui d'une belle journée de fin septembre en train de faire déguster ma première bouteille dans mon bar.

 

 

samedi, 20 septembre 2008

Un chianti à la foire aux vins

L'inévitable foire aux vins... J'ai, comme certainement, l'immense majorité d'entre vous, reçu les prospectus de toutes les enseignes de grande distribution du coin. Le vin étranger, comme d'habitude, est le parent pauvre. Et parmi ceux-là, le vin italien n'est pas le mieux traité. L'Espagne se taille souvent la part du lion... ce qui reste de toute façon bien maigre. Après tout, pourquoi pas, ça me laisse de la place. Mais ce n'est pas le débat, en fait.

leclerclogo.jpgA Nantes, c'est Leclerc qui écrase tout, avec ses 6 magasins. J'ai donc attaqué bille en tête. Il y avait, je dois bien le reconnaître, un peu plus de références que ce à quoi je m'attendais. Ce n'était pas la folie, ni représentatif de la variété du vignoble italien, mais pas vide non plus. Enfin, il y avait du chianti et du lambrusco, quoi... Bah bah bah, j'exagère...

Et j'ai vu un chianti DOCG que je ne connaissais pas, un Brondello (ne me demandez pas d'info, je ne connais pas). Il était pas cher, 3€82 (oui, 82). Alors que me suis-je dit ? Tiens, si j'essayais ce - visiblement - tout petit chianti ? Après tout, il ne sera sans doute pas bon, et ça me fera une bonne note de blog, je pourrais pour pas cher dire que les foires aux vins italiens en France, c'est pas bien, tout ça...chiantibrondello.JPG

Donc j'achetai...

Et je dégustai le soir-même. Couleur, tenue, rien à dire. Un rubis classique de chianti. Bon. Bouquet ? Tout de suite, l'effet madeleine a marché. Il y a 1 peu moins d'1 an, quand je suis parti en Toscane pour la première fois depuis que j'avais quitté l'Italie en 2004, à la recherche de producteurs, en quête de savoir, j'ai passé ma première soirée seul dans un restau paumé au coeur de la Toscane, même pas un village touristique, même pas un restau gastronomique, rien, une trattoria, peut-être la seule que j'avais trouvée en 1/2 heure de recherche. A peu près sûr d'être totalement satisfait, j'avais commandé des crostini au foie de volaille et funghi porcini (des cèpes, en fait), un truc fabuleux, parfumé au maximum, accompagné d'un chianti de la maison. A peine ai-je eu mis mon nez au-dessus de ce vin simple, sans prétention, à peine me suis-je dit à moi-même : "ça y est, je suis de retour en Italie".

Eh bien, ces émotions me sont revenues. Après, ce vin, qui n'est pas une piquette, n'a pas beaucoup de tenue, dure peu en bouche, offre peu de complexité, de surprises (ces fameuses caudalies), mais il m'a rappelé cette époque où je ne savais pas encore où je mettais les pieds dans mon parcours entrepreneurial. Rien que pour cela, je dis " Merci Edouard" !

A part ça, pour le prix, le vin est bien, mais ne le prenez pas pour autre chose qu'il n'est : un vin de décontraction, à accompagner d'un plat de pâtes, ça peut le faire, par exemple.

dimanche, 14 septembre 2008

Etes-vous Soave ?

soave botter.JPGBon, le titre est moyen, j'avoue ma faute... Hier, servi en simple apéritif, j'ai ouvert une bouteille de Soave,  un vin blanc de chez Botter.

Avant de vous proposer un compte-rendu de ma dégustation, qui n'est, après tout qu'un point de vue - par définition subjectif - de mes sens, je vais, comme souvent, vous dire 2 mots de l'appellation et du producteur.

Le Soave est une DOC créée en 1968, donc assez ancienne, maintenant, même si le dernier décret définissant les règles est paru en 1998, sans compter la création de 2 DOCG liées à cette DOC, le Soave superiore (2001) et le Recioto di Soave (DOC en 1998, DOCG en 2001, mais cette appellation ne  produit pas un vin similaire aux 2 autres). Bon, ces appellations sont censées définir des qualités supérieures, mais tout cela n'est pas si simple. Il est préférable, au sein des appellations Soave, de regarder la zone de production et de s'assurer que la vigne n'est pas située en plaine, par exemple, car les meilleurs Soave viennent bien de la zone historique vallonnée du Soave.

Un petit zoom sur cette zone : nous sommes donc en Vénétie, dans le nord de l'Italie, quelque part entre Vérone et Padoue.

soavegooglemap2.JPG
soavestrada.jpg

Une petite photo du vignoble ? Allez, d'accord.

soavechateau.jpg

Le Soave est produit pour la majeure partie d'un cépage dont je ne crois pas vous avoir encore parlé, la garganega (au moins 70% selon les règles, accompagné pour le reste dans des proportions libres (soit de 0 à 30% pour chacun d'eux) de trebbiano, chardonnay, pinot bianco (je dois traduire ?). Pour en revenir à la garganega, c'est vraiment un cépage du coin et d'ailleurs, c'est sans doute dans cette zone qu'il est le plus utilisé. Il est plutôt aromatique et donne souvent des tonalités d'amande, d'agrumes, herbacées, également.

botterlogo.JPGMais parlons un peu de Botter, le producteur de ce vin. Implanté avant tout en Vénétie, ils sont également présents dans les Pouilles, en Sicile, dans les Abruzzes, ou encore dans le Frioul. Comme s'ils avaient choisi de descendre l'Italie en longeant l'Adriatique... Il s'agit donc plutôt d'une grosse machine, qui sans représenter le top du vin italien, s'applique à exporter dans le monde entier des vins honnêtes d'un bon rapport qualité/prix qui soient à la fois bien marqués italiens et bien accessibles pour le goût du néophyte.

Pour moi, le Soave dégusté récemment fait partie de ces vins honnêtes. Sa robe, d'un jaune assez pâle tendant vers le vert, est très belle, très limpide, semblant porteuse d'une forte minéralité. Les arômes sont très floraux, additionnés d'une pointe d'agrume, le tout restant très simple. Au palais, cette simplicité se confirme, sans que cela soit une déception, bien au contraire. L'acidité est bien maîtrisée, le corps est certes plutôt évanescent, mais se serait se tromper que de demander à un Soave une trop grosse charpente. Il est léger, frais, fleuri, et c'est exactement ce que l'on en attendait.

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu