Avertir le modérateur

mercredi, 12 décembre 2007

Carpenè Malvolti

J'ai commencé mon séjour par un passage chez Carpenè Malvolti, (attention, la musique du site est rapidement chiante... je crois que c'est une BOF de Bond, James Bond, va savoir pourquoi...) spécialiste de la bulle dans le nord est de l'Italie. Donc, Carpenè Malvolti est plus dans le Veneto que dans le Frioul, mais comme il faut que j'aie absolument un fournisseur de Prosecco, j'ai fait une incursion en Vénétie (ou Veneto, en italien...).
665684250f014b1594e9836b11a4345c.gif
Bon,là, il s'agit vraiment d'une grosse machine, qui produit plus d'1 millions de bouteille. J'en ai rencontrées peu de cette taille. Mais mes recherches m'ont amené positivement vers cette entreprise. Bon, j'en profite pour faire un petit point sur ce qu'est le Prosecco, qui est quand même l'une des grandes boissons italiennes, particulièrement bue à l'époque de Noël. Donc, le Prosecco, c'est à la base un cépage blanc. C'est un spumante (un mousseux) obtenu par la méthode Charmat, par opposition, notamment, à la méthode champenoise (ou traditionnelle).
 55926a2f50690b3efa242b6a6975ec67.jpg
La méthode Charmat consiste à obtenir la mousse dans une cuve fermée à haute pression, avec une seconde fermentation, ce qui permet d'obtenir (et de conserver) le gaz carbonique qui vient de la fermentation. Cette méthode présente notamment l'avantage d'être plus simple et plus économique.
Chez Carpenè, j'ai goût le brut et le dry. Le Brut est sans doute trop sucré pourle goût français, mais c'est intéressant.
 
Un des aspects particuliers et que j'apprécie dans le Prosecco, c'est notamment cette mousse à la densité particulière,un peu plus épaisse que celle du champagne, que l'on pourrait même conserver en bouche.
51cdb2a81487594fc00fe9cee51765d5.jpg

jeudi, 06 décembre 2007

Erbaluna

0ddf398ca8b787eafacb23bbd666b86a.jpg
   
Ah... Erbaluna... Toujours dans le Piémont, mais situé au coeur du coeur du vin du Piémont, là où se fait l'un des plus grands vins italiens, n'en déplaise au Wine Spectator, qui, bien qu'ayant inséré 2 vins italiens dans son TOP 10 2007, est resté en Toscane pour décerner ces hautes récompenses. D'ailleurs le premier Barolo classé (59ème) est également l'unique.
31fcdc252b6125589a97841a2a9a3699.jpg
 
Mais, je m'égare, je m'égare... Donc, Erbaluna est sise à La Morra, qui, comme son nom ne l'indique pas, est le coeur du Barolo, alors que Barolo petit village non loin de là, a plus donné son nom que ses vignoble. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, il y a également des vignobles à Barolo. La preuve : je vous ai déjà fait un compte rendu sur Marchesi di Barolo.
 
26dc6aa957e043148aac2bf758c3f15b.gif
 
Bon, avant de partir en vrille, je m'apprêtais à dire qu'Erbaluna a ma petite préférence... En tout cas, j'ai un petit faible pour cette entreprise, toute petite, et gérée, one again, par 2 frangins. Et pourtant, l'accueil est désorganisé, puisque mon interlocuteur avait oublié notre RV, il était donc dans les vignes à s'occuper de son outil de travail... Mais, il n'était pas loin, donc, il est arrivé 1/4 d'heure plus tard.
16ea24aa8aa25f0fcdde8104b978670c.jpg
 
Nous sommes restés à discuter et déguster à peu près toute sa gamme de vin une bonne heure, parlant de tout et de rien, de la France, de ses stagiaires français, des salons, de l'agriculture biologique (il fait des vins bios)...Oui, à chaque fois, j'essaye de me trouver un viniculteur biologique, histoire de proposer une vraie offre alternative de vins bios. Ainsi, en Toscane, j'avais visité la Tenuta Roccacia, dont je reconnais ne pas avoir fait de compte-rendu, mais qui m'avait également beaucoup plue.
Oh, pas de bravos, c'est autant par principe que par intérêt commercial. Si c'était seulement par principe, je ne choisirais que du vin bio, n'est-il pas ?
 
Bon, là encore, je ne fait pas de compte-rendu de dégustation, mais je recommande chaudement le Barolo Vigna Rocche, un vin robuste, qui va bien à l'azienda Erbaluna, et qui gagnera sans doute à vieillir 5 à 10 ans suivant les millésimes...
 
Ci-dessous, voilà les fûts typiques pour l'affinage du Barolo.
b7eff6a2eab9627ecc938aa452858d14.jpg
 

mercredi, 05 décembre 2007

Coppo

53e7b87e222426cc03148313b4e9e687.jpg

Coppo est encore une entreprise familiale. A titre personnel, j'ai été reçu par le monsieur en haut à droite. Bon, entreprise familiale, certes, mais ce n'est pas vraiment une petite affaire. D'ailleurs, comme cela m'arrive parfois (je le note plus en Italie qu'en France, mais ce n'est peut-être que mon jugement qui est biaisé), tout est fait pour en mettre un peu plein la vue, pour donner cette impression, capitale dans le vin, de modernité, respect des traditions et réussite !!! Ca, c'est le tryptique de la réussite vigneronne italienne ! Ok, mon jugement est sans doute un peu erronné, je peux le concéder.

2bcb4b838ab689825eb46768bf2b69c5.jpg

Coppo est installé à Canelli, la capitale du moscato d'Asti, mais qui produisait également d'autres vins, tel que la Barbera. C'est le père, Piero Coppo, qui lance la machine au début du XXème siècle. Puis, son fils, Luigi prend le relais, et enfin, les 4 fils de Luigi, soit, Piero (encore de nos jours, les italiens appellent leurs enfants du prénom de leurs parents), Gianni, Roberto, Paolo.

Bref, tout ça pour dire qu'on a essayé de m'en mettre un peu plein la vue, du genre, mon pti bonhomme, si t'es tout petit, en potentiel, tu risques bien de ne pas trop nous intéresser... En même temps, je ne peux pas dire avoir été mal accueilli, non, un oenologue m'a fait faire le tour des caves, quelque chose d'assez impressionnant, des caves creusées dans le tufo, comme souvent dans la région. D'ailleurs, la ville est un vrai gruyère.

dc5cef0c6a6020d5b2e0376c1ff60a6b.gif

Etant au summum de ma grippe, j'ai annulé la dégustation (mais je suis reparti avec 2 bouteille offertes par le patron quand même), mais j'ai quand même pris le temps de discuter le bout de gras avec le frangin commis à mon accueil. Et, nonobstant toutes les réserves émises précédemment, la discussion fut malgré tout intéressante. Pas forcément encourageante, mais intéressante. En substance, mon interlocuteur ne croyait guère à la possibilité pour le vin italien de s'octroyer une part de marché correspondant à sa qualité et à son importance partout ailleurs. Il considère (et ce n'est pas le seul producteur italien opposé à cet avis) que le français est trop fier de sa production, et que si d'autres pays s'installent, ce seront les plus compétitifs en termes de prix. Il n'a sans doute pas tort. Mais je pense qu'il suffit de mettre à portée de main ces vins italiens pour susciter un intérêt. Le vin italien en France n'a pas de visibilité, ni de notoriété. Il faut le promouvoir (et non le promotionner, malheureux !!!!). 

83f6eecd9e031b61b243ebc98f945d95.gif

Bref, y a du taf... Allez, courage, se disait-il, dans sa Ford intérieur...

mercredi, 28 novembre 2007

Borgo Maragliano

Borgo Maragliano, c'est une toute petite propriété de la province d'Asti, encore un petit établissement qui fait vivre une famille et guère plus.
0cd54d25dacb314df8f27affd43f85d8.jpg
 
Ce que je peux dire, c'est que j'ai encore été fabuleusement accueilli, il faut bien le dire, par la bru, cette fois-ci, même si son mari, un grand bavard, est passé discuter de ses vins, des vins du Piémont, des vins français, plus d'une fois. C'est tout ce qui fait le charme de cette propriété, à partir du moment où on a la chance de passer en période où ils ne sont pas en pleine bourre. On a le temps de discuter, de digresser (jusqu'à Sarkozy, rendez vous compte !, de nouer un vrai contact. Bref, c'est peu dire que j'ai apprécié voir s'écouler le temps en ces lieux. Un vrai endroit fait pour le vin, puisque, comme par exemple dans le saumurois, ici, les bouteilles sont conservées dans des caves creusées dans le tuf.
 
910d8db871b813b5cccfc875db8ae748.jpg
 
Cette entreprise ne fait que du blanc. Ils ont des terres trop dures pour y cultiver autre chose. Bon, il faut aussi un spumante rosé d'excellente facture.  Mais à part ça, qu'il soit à bulles ou pas, la couleur, c'est le blanc. Et d'ailleurs, ils n'ont pas l'intention d'évoluer, ils considèrent que ce serait dénaturer la terre que d'y cultiver des cépages rouges tels que le nebbiolo, par exemple.
 
e47b0ddc12a002fbfd18c94fc8cde277.jpg
 
Toujours est-il que je recommande particulièrement le Moscato d'Asti la Caliera 2006 - pour ceux, évidemment, qui ont des affinités avec le Moscato d'Asti - dont les saveurs vous envoient dans des pays où il faut tout le temps chaud, avec une certaine densité au palais, et une vraie diffusion de toutes les meilleures saveurs du Moscato.
 
Quant à moi, je crois bien que je vais travailler avec ces gens-là, même si, un peu au même titre que l'Azienda Agricola Bera, je ne peux pas me contenter de leurs produits pour représenter le Piémont... Mais, je me donne droit à 4 fournisseurs piémontais. 
 

lundi, 26 novembre 2007

Bera Fratelli

8edfbdec00a130f5cb41eb4b651fb11f.jpg

En ce froid vendredi de novembre du Piémont (il devait bien faire un petit qqch en-dessous de 0° dans ma campagne piémontaise), je pars à la recherche de l'Azienda Agricola Bera. C'est une petite maison familiale, comme très souvent dans le Piémont, région, qui contrairement à la Toscane, est très peu organisée en coopératives. Cette maison se situe en contrebas d'un petit village perdu en haut d'une colline. Oui, je sais, encore une colline avec un village dessus...

cef075f0fe6c43b84109ef269b402c6d.jpg
 

J'ai été accueillie par Mme Brera, la femme du patron, le patron ayant lui-même oublié notre rendez-vous. Cela n'a pas empêché la dégustation de se faire très agréablement. Là encore, on a à faire à des vins bien implantés dans la région, quels que soient les cépages utilisés et les appellations proposées, Barbaresco, Nebbiolo, Dolcetto...

La partie intéressante de Brera, en tout cas, l'une des parties intéressantes, c'est une belle gamme de "bollicine", vins à bulles.

 

Moscato d'Asti :

6eecfe52f8a74d656ec7e895901a3680.jpgUn grand classique de la région. C'est un vin blanc mousseux fait à base de cépage moscato, qui se boit légèrement frizzante, qui est plutôt sucré et très arômatique, et accompagne très bien les desserts. Bon, peut-être dans le but de développer le commerce de ce vin, de plus en plus de vignerons tendent à dire que ce vin peut se boire à tous les moments de la journée, ou alors avec de la charcuterie. Soit. Faut aimer le sucré / salé, mais pourquoi pas, sachons-nous libérer des oeillères du bon goût ou soi-disant défini comm tel. Bon, soyez prudents, malgré tout.

Note de l'Espresso : 14,5/20
 
  

 

  

 

Bera Brut :


aa4aae81e1159b4a03f6ee4388839d50.gifOn a également le Bera Brut. Ce flacon est un vin mousseux, un spumante. Il est réalisé suivant la méthode classique, plus connue (mais chut, faut pas le dire) sous le nom de méthode champenoise... Un spumante fait de chardonnay et de pinot noir. Donc, on se rapproche vraiment des mousseux français de méthode champenoise. Voilà un spumante de bonne facture, qui sans atteindre les très bons champagnes français (comme nos amis italiens le reconnaissent bien volontiers aux-mêmes), révèle bien le savoir-faire italien sur ce type de vins.

Note de l'Espresso : 14/20

 

D'un point de vue commercial, les raisons qui font que je travaillerais avec Bera - outre leur envie, bien évidemment - c'est une belle gamme complète et notamment en termes de bulles. Le fait qu'ils ne travaillent pas du tout avec la France est également important. En revanche, je ne pourrais pas me contenter de Bera dans le Piémont, dans la mesure où, de par leur situation, ils ne produisent pas de Barolo...

 

 

 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu