Avertir le modérateur

mardi, 08 avril 2008

De retour de Vinitaly

ad1afde40cd775aea2a9c23c8e210803.jpgVoilà, Vinitaly s'est terminée hier soir. Jour après jours, je vous ferai part de mes compte-rendus de dégustation, de rencontres avec des producteurs, et autres anecdotes que vous considérerez sûrement plus ou moins intéressantes.
 
Mais, en attendant, quelques impressions en vrac de cette manifestation :
 
  • Vinitaly s'est déroulé à la fiera de Verone. Toutes les villes qui se respectent en Italie ont une fiera, une sorte de lieu en partie fermé, en partie ouvert, grand souvent comme un stade de football, qui sert à accueillir des grandes manifestations professionnelles à destination des professionnels ou des particuliers. En gros c'est là qu'ont lieu l'équivalent de nos "Salons" (du livre, de l'automobile, de l'agriculture, etc). La différence, en Italie, c'est que ces manifestations sont beaucoup plus décentralisées qu'en France : des salons de grande ampleur peuvent avoir lieu en-dehors de la capitale. Bon, disons que les plus grands salons ont lieu dans les villes du nord de l'Italie, malgré tout (Turin, Milan, Verone...). Mais à Paris, les plus grands salons sont à Paris. Oui, vous me trouverez sûrement des exceptions (comme la BD à Angoulême), mais elles ne sont pas légion.

068d42908d7fd7100bff1ddb52b05753.jpg
  • Cet événement est gigantesque, puisque je confirme que la superficie occupée par l'événement avait effectivement sans exagérer la taille d'un stade de foot, avec la plus grosse partie destinée aux stands des producteurs, rangés par région, avec, évidemment, des superficies impressionnantes destinées aux producteurs toscans, piémontais ou vénitiens, les autres régions n'étant pour autant pas sous-représentées.

73fc896f538bbce204ad3a0936612634.jpg
 
  • Il est assez frappant de remarquer l'évolution de l'intérêt que l'on peut susciter de la part des exposants en fonction de la façon dont on se présente... J'ai testé pour vous, et voilà le résultat : j'ai commencé par me présenter ainsi que mon projet d'énothèque de vins italiens sur Nantes. Dans ce cas-là, pas de soucis, les gens prennent le temps de parler (pas les plus gros qui ne visent que des gros clients, mais que je ne vais d'ailleurs moi-même pas spécialement visiter), je commence par découvrir toute la gamme des vins avec un des vignerons-oenologues, puis on discute un peu conditions avec un interlocuteur plus ciblé vente / administration. J'ai aussi essayé de me présenter comme un particulier venu boire à l'oeil des plus ou moins bons vins (enfin, à l'oeil, l'entrée n'est pas donnée...). Là, dans le meilleur des cas, j'ai une hôtesse - souvent fort accorte - qui daigne me verser un peu de vin dans le fond d'un verre, espérant que je fasse rapidement place nette pour un "vrai" client. Et puis, je finis par me présenter, et là, l'hôtesse va parler à l'oreille d'un gars important, genre cravete / dégarni ou bien encore genre blonde 40 ans commerciale... Et là, je commence à devenir le roi du monde... En même temps, je comprends, j'ai même parlé de cela dans une note précédente.
  • Il est plus que temps que je me confectionne une carte de visite. Tous mes interlocuteurs me l'ont demandée... J'avais jusque là repoussé l'échéance, ne sachant quelle adresse fournir, mais tant pis, quitte à en imprimer provisoirement qu'un petit nombre, il va falloir, c'est mieux pour la crédibilité.
    7f77f2930fc5f61b3660398fcce88481.jpg
  • Le ticket d'entrée de Vinitaly me semble un peu cher : pour 35 €, on rentre une journée. Bon, il est vrai, après on ne paye aucun des verres que l'on boit, et on peut aussi manger complètement à l'oeil, surtout quand on se présente comme professionnel. Je comprends qu'il faille aussi dissuader quelques arsouilles. Mais je me dis que, l'évévement durant 5 jours, cela peut vite être cher, de payer 35 € tous les jours. Bon, en même temps, moi, je suis allé 2 jours à Vinitaly, et j'ai payé en tout en pour tout 25 €, mais sur le principe, cela reste cher...
  • Cela reste d'autant plus cher que, à titre, personnel, à moins de sélectionner mes producteurs sur la base de leur bonne tête, il faut déguster la gamme des vins la plus large possible d'un même producteur. Même si, sur chaque verre, on ne boit qu'une gorgée, et que ce n'est pas nécessairement la cirrhose qui me guette, je dois reconnaître qu'au bout de 20 vins dégustés, je commence à avoir le palais complètement inapte au jugement. Je perds la notion du goût. Ainsi, après 3 ou 4 producteurs, continuer la sélection devient un peu inutile, pour ce qui me concerne. Une journée n'est donc pas suffisante.
  • Globalement, les producteurs rencontrés sont très surpris qu'un français puisse avoir l'idée d'un projet comme celui-ci en France. Le message entendu est en général celui-ci : la France est un marché difficile. En même temps, ils sont ravis de pouvoir envisager avec moi de pénétrer le marché français. Après tout, ils n'ont pour leur part rien à y perdre...
Régulièrement, je donnerai des débriefing de cette mini-semaine très riche en Italie, où je n'ai d'ailleurs pas fait que Vinitaly. 

Commentaires

Ciao Armel,
Nous allons commencer à importer directement des vins italiens et à ce jour nous n'avons pas de revendeur sur Nantes, alors... si tu arrives à aboutir ton projet.
Nous organisons une dégustation le 19 avril sur Bû, c'est pas Nantes, c'est sûr, je fais le trajet souvent mais si tu passes par là on pourra ouvrir un ou deux vins de Giacomo Vico (même s'il n'est pas sur la liste des "exposants" du jour). Peut-être as-tu dégusté ses vins lors de Vinitaly ? Sinon, le 19 ou 20 mai nous organiserons quelquechose sur Paris pour faire déguster ses vins...
Cordialement,
Laurent

Écrit par : Baraou | mercredi, 09 avril 2008

Laurent,

Merci pour ta proposition de revente. Pour le moment, cependant, j'envisage d'importer moi-même mes vins, dans le but évident (mais comme toi, j'imagine), de baisser le prix de revient. Je ne dis quand même pas non, ne serait-ce, par exemple, que pour compléter ma gamme.

Concernant ta dégustation sur Bû le 19 avril, je ne sais pas si je pourrais me libérer, mais si je le peux, je serai ravi d'en être. Peux-tu me fournir les informations à connaître sur cette dégustation ?

Giacomo Vico, je ne l'ai pas goûté à Vinitaly, ça m'intéresse.

Pour les 19 ou 20 mai, je suis également intéressé. Dès que tu en sais plus, fais-le moi savoir.

Écrit par : armel | mercredi, 09 avril 2008

Je suis agent commercial depuis 28 ans dans le domaine vinicole.
Je supose que vous êtes allé à la grande messe de Bordeaux.J'y ai fait la même expérience que vous en me présentant sous des diverses étiquettes, le résultat est pareil. La condescendance méprisante en prime lorsque vous êtes étiquetté non professionnel.

Écrit par : Di Lucci | vendredi, 11 avril 2008

Non, je n'étais pas à la grand-messe de Bordeaux, j'étais tout juste au démarrage de mon projet à l'époque. Pour ma part, à Vinitaly, je n'ai pas senti de condescendance méprisante, juste du désintérêt et l'envie de pas gâcher son vin pour un lambda. Ce que je peux comprendre, mais révèle dans ce cas la contradiction de Vinitaly, qui est soi-disant "réservé aux professionnels".

Écrit par : armel | vendredi, 11 avril 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu