Avertir le modérateur

samedi, 08 mars 2008

Mon emplacement, mes banques : mise à jour

Je me disais que cela faisait un moment que je n'avais pas évoqué les aléas de ma création d'entreprise. C'est l'heure, suffisamment de choses se sont passés pour que je puiss faire une note substantielle.
Je vous avais donc laissé sur le fait que les cédants du fonds de commerce avaient envie de faire un tour de table pour voir si en baissant le prix de leurs fonds, une banque suivrait. La rencontre entre un des cédants, notre intermédiaire et moi a eu lieu mardi dernier, le 4 mars. Vous vous rappelez les conditions ?
 
1ère étape : début décembre, je visite le fonds. Le prix demandé est 140% du CA dégagé par l'établissement.
2ème étape : mi-décembre, je fais une proposition à 100% du CA
3ème étape : avant Noël, les cédants font une contre-proposition à prendre ou à laisser à 115% du CA
4ème étape : après Noël, j'accepte la contre-proposition
5ème étape : mi-janvier, on signe le compromis de vente avec clause suspensive d'obtention du prêt
6ème étape : février, je vais voir 4 banques avec mon intermédiaire, 2 autres seul
7ème étape : fin février, toutes les banques m'ont dit non, mais 2 d'entre elles sont prêtes à me suivre si le cédant vend son fonds à 100% de son CA
 
Et donc, rencontre. Le cédant n'est pas très content, cela peut se comprendre. Il a l'impression qu'on cherche à lui mettre le couteau sous la gorge en le forçant à vendre à un prix auquel il ne veut pas vendre. Il demande à ce qu'on resoumette le dossier à son propre banquier (qui appartient à une banque qui a refusé mon projet, mais une autre agence) avec un prix à 110% du CA. Je n'y crois pas et notre intermédiaire non plus, mais pour faire preuve de bonne volonté, on va aller le voir, ce banquier.
Et après, on recommencera à négocier avec le cédant... Mais je doute qu'il accepte de tomber à 100% du CA.
 
Affaire à suivre et, en attendant, j'ai déjà visité un autre emplacement...

Commentaires

En lisant cet article je ne peux m'empêcher de penser que ce cédant cherche un gogo. D'une part, l'immo va baisser et il veut (légitimement) vendre vite et cher. D'autre part, le fait de vous demander de passer dans son agence bancaire ne me semble vraiment pas claire.
De toutes façons, à partir d'un certain montant, les dossiers sont de toutes façons analysés par les spécialistes du risque au siège, et non par le directeur d'agence !
Bref, vous avez raison de ne pas céder et de continuer à chercher. Bon courage !

Écrit par : Hub | samedi, 08 mars 2008

bonjour
moi aussi j'ai eu le meme parcour de reprise d'entreprise. 3 banques ont reffusées mais le cedant me propose de rendre visite à son banquier et là surprise un ok...
car le banquier connait bien le chiffre d'affaire du cedant donc sans soucis
voilà voilà
bon courage pour la suite et vos recherche...
moi je recherche une sandwicherie sur paris

Écrit par : momo | dimanche, 09 mars 2008

Merci pour vos conseils et encouragements. Je ne pense pas que le cédant soit quelqu'un de malhonnête. Disons que le prix auquel il voulait me le vendre était le prix auquel il l'a acheté, d'où sa volonté de ne pas perdre de l'argent, ce que je peux comprendre. Malheureusement, le CA n'est pas à cette hauteur, et les banques ne me suivent pas. Je pense que les banques m'auraient suivi au prix initial si j'avais été un professionnel de la profession expérimenté, ce qui n'est pas le cas.
En fait, fondamentalement, je ne peux pas céder, puisque je dépends des banques pour dire "oui". Donc, quelque part je suis bordé. Et le banquier supplémentaire que je vais voir, je vais effectivement le voir pour manifester ma bonne volonté, mais je sais déjà qu'il refusera, à moins d'une énorme surprise.

Écrit par : armel | dimanche, 09 mars 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu