Avertir le modérateur

vendredi, 22 février 2008

Aïe, ça pique !!!!

Bon.

...

...

...

5 banques, 5 refus. J'en vois une autre lundi. Aïe, les banques, ça pique. Alors, qu'est-ce qu'on fait maintenant ? On réfléchit et on rebondit. Y a rien d'autre à faire. Mais des solutions, on en trouve. J'en trouverai.

On procédera étape par étape, mais on avancera comme ça. Merde alors. Bon. Par quoi on commence ?

b7141cd3d010caab2781acf93c47dc2e.jpg

 

Commentaires

faut commencer, pour convaincre un banquier, par avancer du cash perso

en général, pas de cash (tiers de la somme), pas de pret

sinon, regarde une assos avec un fournisseur de vins italiens avec qui tu passeras un contrat de distrib pour qu'il t'avance les fonds nécessaires mais évidement, tu perds un peu de ta liberté de choix

Écrit par : sborgnanera | vendredi, 22 février 2008

T'inquiètes, dans mon montage financier, du cash perso, j'en avançais, et plus du tiers. Non, les banquiers ne croient pas à l'emplacement que j'ai proposé. Et en effet, je ne veux pas perdre ma liberté de choix.

Écrit par : armel | vendredi, 22 février 2008

Et si on en causait offline ?
N'hésite pas à me contacter, j'ai "affronté" bien des banquiers...

Écrit par : Baraou | vendredi, 22 février 2008

L'emplacement ?
Mais il est ici !
Voyons !

Écrit par : odm | dimanche, 24 février 2008

à Baraou : je te remercie pour ta proposition, je prendrai contact avec toi mardi ou mercredi, je pense, selon tes disponibilités.

Écrit par : armel | dimanche, 24 février 2008

@ odm :certes, l'emplacement est ici, mais j'aimerais bien en avoir un en "dur", aussi...

Écrit par : armel | dimanche, 24 février 2008

Depuis la crise des "subprimes" les banques sont devenu beaucoup plus regardantes avant d'accorder un prêt. Essaie de bien te faire expliquer les motifs de leur refus, de manière aussi précise que possible, il y a peut-être un point du dossier qui pêche et qui le rend trop risqué.

Écrit par : Hub | lundi, 25 février 2008

Oui, bien sûr, il y a un point du dossier qui pêche et qui le rend risqué. Le point commun évoqué par tous les banquiers, c'est l'emplacement : il propose, pour certains, un potentiel trop faible, et, pour d'autres, il est vendu trop cher.
En gros, les ratio de ventes d'un FdC dans ce domaine, c'est entre 80 et 100% du CA déclaré par le commerce. Là, le prix de vente, c'était 115%. Il est vrai que, récemment, on constate -sur Nantes, en tout ca-, une inflation du ratio, malgré tout, les banques restent prudentes. Dans l'absolu, la position se comprend, bien sûr...

Écrit par : armel | mardi, 26 février 2008

Bonjour,

Ravi de voir que VINSURVIN se retrouve, malgré tout, en excellente position dans ton top vin(gt). Désolé de lire que les banques mettent un frein à ton projet. Je ne suis pas calé en la matière, mais je pense qu'il va falloir insister et surtout ne pas renoncer à ton rêve. Tu seras convié à un Tupperwine, pour déguster du vin que l'on fait de l'autre côté de l'Italie, si ça peut te remonter le moral...
Ciao,
Fabrizio.

Écrit par : VINSURVIN (la rédaction) | mardi, 26 février 2008

Merci Fabrice... Mais tu as raison, je vais insister. Et j'attends impatiemment ton invit' !

Écrit par : armel | mardi, 26 février 2008

@armel,


Sans connaître le dossier (je suis de temps en temps ton blog), je pense que l'emplacement est tout de même un facteur important, sinon le plus important, pour un commerce. A mon avis...

Sinon, je te souhaite bon courage!

Écrit par : Eric | mercredi, 27 février 2008

Eric,

Je pense que tu as raison, en effet, l'emplacement est le plus important, je n'en doute pas. Mais que veux-tu dire par là ? J'ai donné l'impression de ne pas penser cela ?

Écrit par : armel | jeudi, 28 février 2008

Non, mais comme c'est le point dur récurrent dans tous les motifs de refus, il faut bien le ré-étudier.
Je vois parfois des commeces très sympas dépérir parcequ'ils sont juste placés un peu en-dehors du flux. Mais c'est vrai aussi que bon nombre de clients peuvent faire de sacrés détours pour se rendre à leur boutique favorite (mais pour cela, il faut d'abord qu'elle ait eu sa chance pour devenir la boutique favorite, donc qu'elle ait été vue, donc quand-même bien située, cqfd).
Si l'emplacement est trop cher, son remboursement risque d'être difficile, au regard des revenus. Si le prix demandé est surestimé, c'est peut-être que le vendeur anticipe une baisse à court terme (pour beaucoup de raisons, je connais par ex un commerce qui n'a pas tenu parceque l'année d'ouverture la rue était en travaux importants, en détournant de fait beaucoup de clients). Bref, tous paramètres que tu as certainement déjà pris en compte. L'emplacement idéal n'existe pas, mais les fausses bonnes affaires sont légion.

Écrit par : Hub | jeudi, 28 février 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu