Avertir le modérateur

lundi, 24 décembre 2007

Un pré-Noël mitigé (suite et fin)

Bon, je n'avais pas fini de décrire l'état de mes dégustations de ce vendredi 21 décembre, jour de pré-Noël où j'avais décidé de sortir quelques unes de mes bouteilles lors de mes pérégrinations.
 
Donc, en guise de 4ème bouteille du soir, j'ai sorti un
 
d053100d0e35e4c3425bf5bc020e778d.gifNero Mascalzone 2005 - Terre Iblee
 
Il s'agit d'un fournisseur qui m'avait contacté il y a 2 mois maintenant suite à une annonce que j'avais passé sur le site de l'ICE. Cette annonce avait pour but notamment de prendre contact avec des fournisseurs motivés dans des régions que je n'aurais pas tout de suite l'occasion de visiter.
Outre une bouteille de vin, Terre Iblee, m'a envoyé une petite bouteille de son huile d'olive ainsi qu'un sachet d'origan. Compte tenu des parfums fabuleux décelés dans l'huile d'olive et de l'origan (même si je n'en suis pas un grand connaisseur), je me faisais une joie de déboucher cette bouteille, qui plus est dans une région étant reconnue pour étant parmi celles qui montent en Italie, à savoir la Sicile (bon, ce n'est pas aussi simple, mais cela fera l'occasion d'une autre note, éventuellement).
 
Il s'agit donc d'un Nero d'Avola sicilien, le Nero d'Avola étant un cépage très répandu dans toute la Sicile. Je crois qu'on commence à en trouver en Calabre et en Pouille, mais je ne l'affirmerais pas de façon péremptoire.
 
Bon, voilà, j'ai été très très déçu. Un vin sans aucun corps, aucune structure, très acide, des tanins vraiment peu sympathiques, aucune rondeur. J'hésite vraiment à mettre ce vin dans la catégorie qui commence par un "p". Mais franchement, je n'en suis pas loin.
Bref, déçu déçu déçu. J'ai eu l'air fin, parce que j'avais hâte de le déguster et je m'attendais vraiment à un nectar. Pas forcément un grand vin, non, mais quelque chose qui aurait tout-à-fait accompagner un plateau de fromages. Mais non, rien.
 
 
 
33bf66b4786c9143a3906337736a18a8.jpgNuovo Messaggio - Bera
 
Il s'agit d'un vin Passito. Passito, késako ? Il s'agit d'un raisin vendangé à forte mâturité et qu'on laisse ensuite déshydraté sur des clayettes (passerillage, en français). Cela engendre beaucoup de perte et une très forte concentration en sucre. Ensuite, on presse le raisin et on le laisse vinifier en barriques, pour une assez longue durée en général.
Forcément, il s'agit d'un vin de dessert.
 
Bera est une petite entreprise familiale du Piémont qui est sur ma short-list, je pense.
Et le Passito, même si, de par les habitudes de consommation du vin françaises, a peu de chance de devenir un best-seller, me plaît à moi assez.
En l'occurrence, il s'agit d'un passito de moscato bianco (cépage fréquent dans le Piémont) aux couleurs ambre et or, avec des parfums complexes de zestes d'orange ou de fruits confits. Il ne faut pas en attendre nécessairement de grandes émotions, mais à l'heure du repas où on commence à être repu, il me sied beaucoup mieux qu'un moelleux, souvent servi en dessert, alors que je rechercherais quelque chose qui prend un peu moins la bouche.
 
Ici, l'on parle également du passito, et il s'agit d'un pro...
 
 
Verduzzo passito - Frioul - illégal...
 
J'ai rencontré également, au cours de mes pérégrinations, un petit producteur qui fait son petit Verduzzo passito... Je ne m'étale pas trop, mais ce tout petit producteur (qui ne vit pas de ça, ce n'est pas son métier) m'a offert un Verduzzo passito, que je viens de goûter.  Intéressant par le mélange de verdeur typique du Verduzzo, surtout dans le Frioul et le sucré de l'effet Passito.

dimanche, 23 décembre 2007

La négociation

Voilà, mercredi dernier, le 19 décembre, j'ai fait une offre pour le rachat d'un fonds de commerce, dont les caractéristiques sont les suivantes :

  • Pas situé en emplacement numéro 1 en terme de trafic, mais vraiment pas loin du trafic
  • Une surface acceptable et pas biscornue
  • Une pièce qui peut largement servir de cave, et où il est même possible de recevoir
  • Une terrasse sur 6 mois de l'année
  • Un prix raisonnable
  • Des travaux pour sortir de la ringardise
J'ai fait une offre à XXXXXX €, soit 29% de moins que la mise à prix initiale du vendeur. Deux jours plus tard, soit, vendredi 21 décembre, mon agent intermédiaire m'annonçait que l'offre était refusée, mais que le vendeur faisait une nouvelle offre, 15% de plus que mon offre initiale, 18% de moins que ce qu'ils demandaient eux-mêmes initialement. J'ai jusqu'à mercredi 26 décembre, voire jeudi pour me décider. Je sens que je vais dire oui...

10:22 Publié dans Péripéties | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : local

samedi, 22 décembre 2007

Un pré-Noël mitigé

Hier soir, j'avais organisé un petit pré-Noël chez moi, un truc en famille, destiné à écouler, découvrir et faire partager certaines de mes bouteilles italiennes découvertes au fil de ma prospection. Le moins que l'on puisse dire est que le résultat est légèrement décevant. Bon, en même temps, cela aide à faire des choix.

 

26504188f516a5c127666416348daa75.gifCostebianche 2006 - Coppo 

En guise d'apéro, ou de pré-apéro, c'est-à-dire, servi non accompagné, j'avais choisi ce Chardonnay de chez Coppo. Quand j'étais allé le voir, je n'avais pas fait de dégustation chez lui. Il m'avait cependant offert 2 bouteilles à déguster de retour en France. Donc, j'ai fait ça hier.

Ce vin est un chardonnay cultivé dans le Piémont, qui a fermenté à 70% en barrique, à 30% en cuve d'acier, puis, l'affinement est réparti dans les mêmes proportions entre bois et acier.

Eh bien, moi, le chardonnay affiné dans le bois, je le dis tout de go, je n'aime pas. En tout cas, de nouveau, cela me déçoit. Ce n'est pas une question de principe, c'est que de goût, je n'aime pas, tout simplement. Ce boisé sensé adoucir, arrondir les angles n'obtient pour moi pour seul effet que de m'écoeurer. J'insiste, si je suis écoeuré, c'est bien par le goût. Sans compter, que tous les parfums du Chardonnay sont masqués.

Bref, mauvais départ désolé.

 

e15e2f953c34d58a694838ffde40ef68.jpgKerner Brut - Carpenè Malvolti

Là, c'est l'apéro. Il me semble qu'un petit mousseux méthode classique (ou, mais faut pas le dire, méthode champenoise) était bien adapté. Carpenè Malvolti est une grosse entreprise vénitienne - ce qui ne veut pas dire qu'elle est de Venise, en l'occurrence, mais du Veneto, qui est bien la région dont Venise est la capitale, mais pour autant, on est plus proche de Trévise que de Venise, vous m'avez suivi ? - qui produit plus d'1 million de bouteilles et qui est surtout connue pour son Prosecco. Mais le Prosecco, je l'avais goûté sur place, alors j'ai plutôt choisi de ramener du mousseux.

Là, leur mousseux, ils le classent dans l'Arte spumantistica (l'art du mousseux), qui est en fait une gamme positionnée en haut de leurs produits. Leur défi est de créer un nouveau produit à un excellent niveau de qualité chaque année. En l'occurrence, il s'est agit du cépage Kerner, assez proche du Riesling, et qu'on retrouve en principe plutôt en Allemagne, sans que cela soit choquant d'en retrouver dans le Frioul.

Une robe jaune tirant vert le vert une bulle fine, un bouquet de pêches et d'agrumes, quelque chose qui inspire donc une certaine légèreté, qu'on retrouve assez en bouche, mais qui, pour un brut, est sans doute un peu trop doux, sucré, ce qui alourdit par trop l'ensemble à mon goût. Et en tout cas, qui aurait été plus adapté au dessert. Mais sur le produit en lui-même, pas grand chose à dire de négatif, il est de bonne facture, sans que l'on crie non plus au génie.

  

2b53da90d5dfd99fabaff11a4c1bd2bd.jpgConte Lucio - Pinot Grigio - Bellanotte

Bon, celui-ci, je l'avais goûté, lors de mon passage dans le Frioul à la Bellanotte.

Et je l'avais vivement apprécié, et on m'avait généreusement offert une bouteille.

La magnifique couleur était déjà en elle-même quelque chose de très attirant, et son goût, aux nombreux parfums, ne faisait que confirmer cette gourmandise visuelle, des senteurs de rose, de fruits mûrs, d'amande, de noix.

Mais là, mon erreur, car c'est mon erreur, c'est d'avoir tenté de l'accompagner avec des huîtres. Et l'huître ne va pas du tout. On n'est pas dans l'incompatibilité d'humeur, mais presque, en fait. Ce vin n'est pas assez minéral, pas assez sec, pas assez frais pour bien emmener ce coquillage. Mea culpa. Mais peu de reproches à faire au vin en lui-même.

 

La suite dans une prochaine note... Encore 3 vins...

 

 

jeudi, 20 décembre 2007

La Bella Notte (et le bon jambon)

Toujours dans le Frioul, cette région collino montagneuse du Nord-Est de l'Italie, je suis allé visiter la Bella Notte (attention : le site s'accompagne d'une musique assez rapidement très... comment dire... chiante ? c'est le minimum...). En revanche, la présentation photo est assez sympa.
c1a89e8465b278c97c8f527ef7752318.jpg
 
Accueilli par un bon vivant amoureux de la France et de ses vins comme moi je pense l'être de l'Italie, de ses vins, et bien d'autres choses encore, la rencontre n'a pu que bien se passer.
 
J'ai pu y goûter à peu près toute la gamme de leurs vins, et  ils m'ont séduits par leur équilibre et leur modestie dans le cadre d'une ambition d'offrir un vin destiné à accompagner les repas et non pas destiné à faire de  grandes dégustations à l'aveugle.
 
Ainsi, l'Armonico, un assemblage de Tocai et de Malvasia, est un vin blanc tout simple tout mignon, dont les parfums d'herbes, de fleurs, incitent rapidement à passer à l'acte. Et en effet, c'est un vin qui passe tout seul, que je m'imagine assez facilement boire en apéritif, par exemple, avec une minéralité et une fraîcheur remarquables.
 
J'ai vivement apprécié également le Lune de' Ronchi. Un assemblage de Tocai et de Sauvignon qui commence à frapper pour son extrême minéralité. Pour ma part, j'aime bien ces vins blancs secs bien minéraux, mais il est vrai que cela peut aussi donner une absence de caractère. En l'occurrence, si on a un peu de temps, les notes de fruits finissent par arriver si on laisse le temps au breuvage de s'oxygéner. Arrivent donc des teintes de pomme, par exemple.
La bouche ressent tout de suite la minéralité de ce vin, malgré tout, on n'en reste pas là comme pour le bouquet, le goût de ce vin propose son caractère.
 
Je pourrais m'attarder sur les rouges, mais pour faire vite, je dirais que j'ai une préférence pour le Merlot qui n'affine pas en barriques (de chêne français, comme dans 95% des caves visitées), où le caractère du terroir n'est pas trop masqué (à mon goût) par le bois. Mais cela n'engage que moi, je suis bien conscient que l'amateur, le guide, ira plus sur ces vins de dégustations qui s'affinent des années en bois. Attention, hein, je ne suis pas contre !! Mais en l'occurrence, le Merlot du Frioul, qui se reconnaît par sa verdeur, se suffit à lui-même.
 
Bon, et surtout, je dirais que cette dégustation a eu son charme particulier par le fait que mes hôtes m'ont apporté du prosciutto crudo (jambon cru) maison provenant de leur cochon merveilleux, fabuleux. Un truc inoubliable... 
3b5a83f6fb104e1ae4377bfba03afc35.jpg
 

mercredi, 19 décembre 2007

Les cépages du Piémont

Régulièrement, je vais faire un tour sur mes stats, histoire de voir quels sont les mots clefs qui amènent des lecteurs ici. Ceci n'est pas dans le but de faire la pute, mais tout en restant dans le thème de ce blog, d'apporter des éclaircissements sur divers questions qui peuvent se poser. Donc, j'ai vu apparaître récemment les mots clefs "cépages du piémontais".
 
Donc, me suis-je dit dans ma Ford intérieure, pourquoi ne pas faire un petit tour non académique et non exhaustif des cépages du Piémont ?
Donc, derechef, voici ma maigre participation à votre éducation des vins italiens... 
 
Moscato bianco : cépage blanc arrivé en Italie par les colons grecs, donc, il y a maintenant un sacré bout de temps... Dans le Piémont, il donne principalement le Moscato d'Asti. C'est un cépage très arômatique avec des parfums très frais, variés, de fleurs et de fruits blancs. Sur le Moscato d'Asti, il donne un vin légèrement frizzante (mousseux) et assez sucré. Un vin de dessert, mais moins "lourd" qu'un liquoreux classique.
 
55ecb58ce04a162300f0f664bf8a0d95.jpg
 
Arneis : cépage blanc d'origine piémontaise. Et même, très précisément, on le trouve surtout dans les Langhe, la principale région du vin dans le Piémont. Donc un autochtone, mes préférés. Il sert principalement à produire le Roero, soit pur, soit assemblé avec une faible quantité de Nebbiolo. Cela donne un vin jaune léger avec parfois des reflets ambrés, un bouquet herboral, frais, minéral, qui se confirme au palais avec une légère amertume finale. 
ca99585a73bd5b9229e15c1f1c395817.jpg
 
Erbaluce : un des cépages les plus anciennement installés dans le Piémont. Ce sont probablement les romains qui ont amené ce dérivé du Fiano. Ce cépage donne des vins relativement fins et légers, frais et acidulés. On fait souvent des "passiti" avec ce cépage.
 
On trouve bien d'autres cépages blancs, mais ceux-là sont les cépages blancs assez typiques du Piémont.
 
 
Barbera : cépage rouge originaire du Pïémont, le cépage le plus cultivé dans cette région. Ce cépage donne bien sûr le vin Barbera (on dit la Barbera), qu'il soit d'Asti ou d'Alba, mais aussi, peut-être moins connu, de Monferrato. Le changement d'appellation n'est pas juste pour le fun, car entre un point du Piémont et un autre, le Barbera peut offrir des saveurs différentes. C'est un vin qui peut se boire jeune, mais aussi qui peut vieillir quelques années, mais pas forcément plus de 5-6 (même si l'on trouve toujours des exceptions). Ce cépage est très souple, et en tant que tel, est très utilisé pour des assemblages, des "uvaggi", comme disent les italiens. On peut aussi en faire des vins légèrement "frizzanti" (j'aime bien ce mot, je trouve que ça illustre par le son : "ffffrrrrriiiiiiizzzzzz"). On en tire des bons vins, mais ce n'est sans doute pas avec ce cépage qu'on sortira les plus belles élégances piémontaises.
8ae1e4c26b21a395676ff722b8fe4e9e.jpg
 
 

Dolcetto : cépage rouge, assez réputé, également, et permettant la production d'un vin comme le Dolcetto (là encore, d'Alba, d'Asti, etc.) qui offre une belle rondeur, un vin facile à appréhender. Cela donne des vins fruités à boire jeunes, là où ils donnent le maximum de leur parfum. 

2cc541fd676da0c76f2d2adc6d8b3d20.jpg

Freisa : ce cépage donne un vin simple, aux parfums de framboise et de violette. On l'utilise souvent pour faire des vins doux fruités, frizzanti ou non. En ce moment, des producteurs tentent de le faire un peu vieillir, et certains résultas s'avèrent prometteurs.

c2d96bb2e9ffc73b1e984b526f7ae54f.jpg
 
Grignolino : pour son nom, c'est mon préféré... Sinon, c'est un cépage qui produit des vins avec des tanins très forts, surprenant, compte tenu de sa couleur d'un rouge pas forcément extrêmement soutenu. De surcroît, la mâturation de ses raisins peut s'avérer ardue, d'où une production pas toujours très simple. Il donne des vins d'une couleur presque rosée, à boire jeunes, pas d'un intérêt démesuré, mais des bons vins de soif à l'occasion, à déguster sur une terrasse.
 
 
54b1442b31eb558fb3db0fafe792172e.jpg
Nebbiolo : La rolls des cépages du Piémont, sans aucun doute. Ce cépage donne des parfums complexes de fruits, d'épices, de fleurs séchées, avec une tanicité appréciable et modérée en même temps qu'un corps bien structuré (après, ça dépend des vignerons, hein !!!). Les plus grands vins de la région que sont le Barolo et le Barbaresco sont produits à partir du Nebbiolo. Il faut laisser passer les années pour permettre aux tanins de s'arrondir et de laisser de très grands vins mûrir.
1c26b0b59b2399ed0bec3607f39fe729.jpg
 
Comme pour les blancs, vous trouverez bien d'autres cépages, autochtones ou non, mais j'ai fait ma sélection, et puis avec ça, il y a déjà du boulot pour tout retenir, non ? Et puis, je ne vais pas me mettre à vous parler des Chardonnay, Cabernet Sauvignon ou Franc et autres Merlot, si ?
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu