Avertir le modérateur

mardi, 24 juin 2008

Mon Dieu, la paperasse !!!!!

867640041.jpg

 

Bon, je ne veux pas faire le style de la énième note de blog d'entrepreneur se lamentant du parcours des formalités pour pouvoir créer son entreprise. Alors, je ne vais pas faire ça sur le ton de la lamentation -  d'autant, qu'après tout, ce n'est pas si terrible que ça - mais plutôt sous la forme de l'inventaire à la Prévert.

  • des statuts rédigés en 4 exemplaires
  • un dépôt de statuts au SIE (Service des Impôts des Entreprises)
  • un tour au CFE, juste pour s'assurer qu'il manque des documents (on s'en doutait, mais au moins, on a une 1ère liste)
  • une attestation de dépôt de fonds du capital à récupérer à la banque, en 4 exemplaires
  • aller voir le cabinet qui gère la vente du fonds de commerce histoire de voir quand on récupère le titre de jouissance du propriétaire des murs (ben oui, pour pouvoir y mettre son siège social) : pas tout de suite
  • une annonce légale que personne ne lira publiée dans un journal quelconque pour un montant autour de 150 €
  • un titre de jouissance récupéré au cabinet immobilier
  • un tour pour rien au CFE pour l'immatriculation et le dossier ACCRE, en procédure accélérée pour 57 €, mais il manque encore des papelards
  • un nouveau tour au cabinet immobilier pour corriger le titre de jouissance
  • une attestation sur l'honneur qu'on n'a pas de casier judiciaire
  • une édition de papier émanent de l'Assedic
  • une photocopie de plus des statuts
  • un 3ème tour au CFE, et on a tout, mais 83 € quand même pour le greffe
Et j'en oublie sûrement. Alors, donc, qu'est-ce que donc qu'on attend, maintenant ? Le Kbis, et puis, il y aura les codes APE. Mais ce ne sera pas fini, non. Il y aura encore des trucs et babioles à faire, attendre ou payer, et ce sera bien, parce que ça voudra dire que ça avance, finalement. Donc, en fait, ça va.
Bon, et puis, après, je vais bientôt manger du douanier. Mais il est fort possible que Laurent B. vous en parlerait mieux que moi, et avec délectation... 

jeudi, 12 juin 2008

Et maintenant, les formalités

Désolé pour cette interruption de blog ces derniers jours. Il faut dire que des événements personnels sont arrivés cette semaine, me tenant légèrement éloigné de mon ordinateur. Je peux quand même vous dire que certaines choses ont avancé côté création d'entreprise. J'ai en effet choisi ma banque et ouvert mon compte. Bon, pour l'instant, je ne peux toucher à mon argent, mais symboliquement, cela devient de plus en plus dur de revenir en arrière... Ce dont je n'ai pas envie, d'ailleurs.
 
Bref, à court terme, j'ai désormais pour objectif de passer aux formalités d'immatriculation de mon entreprise, etc. Je continue de vous tenir au courant. 

mardi, 09 octobre 2007

Quels soucis les Assédics !

Oui, je sais, vous allez me dire : "encore un qui va faire dans le gueulage contre l'administration". Eh bien oui, j'ai envie de vous raconter ma toute petite histoire survenue ces derniers jours. 

Je suis donc inscrit comme demandeur d'emploi aux assedic, depuis début septembre. Chaque mois, on doit faire un point à cet organisme (bon, point positif, on peut le faire par internet) sur notre situation et les éventuels changements survenus, etc. Ca me semble normal, après tout, l'état subvient à nos besoins, c'est normal qu'il demande si on serait pas par hasard en train de se servir 2 fois. Rien à redire. Il nous demande si on a travaillé, si on a eu des formations, tout ça. Moi, il se trouve que du 24 au 28 septembre, j'ai fait une formation : 5 jours pour entreprendre, que ça s'appelle. Et d'ailleurs, c'est très bien. Je l'ai suivi à la Maison de la Création et de la Transmission des Entreprises de la CCI de Nantes. Bref.

Donc, moi, j'ai signalé à mon Assedic que j'ai suivi cette formation. Il est important de signaler que cette formation est payante, 150€. Ce qui est très peu, compte tenu de la qualité globale des intervenants et de la densité des cours donnés. J'ai reçu une missive dans les 2 jours qui suivaient me demandant de"retourner sans délai le formulaire ci-joint, après l'avoir renseigné, signé et fait certifier par [mon] organisme de formation". Soit. Mis à part le ton un peu sec de la lettre, je trouve que c'est bien de la paperasse pour pas grand chose, mais d'un point de vue général, ça se tient. Mais, sec, le ton, quand même.

La suite est mieux : "à défaut, vous cesseriez d'être inscrit(e) sur la liste des demandeurs d'emploi à compter du 01 septembre 2007". Quoi quoi quoi ? Déjà, tu causes meilleur, monsieur le directeur, tu arrêtes les menaces, et ensuite tu m'expliques.

Alors, hier, je me suis amusé à un échange de communication par e-mail avec un quidam de l'Assedic. Et j'ai découvert qu'une période de formation de 40 heures ou plus dans un mois pouvait ne pas être indemnisée !!! Ben merde, alors !!! Je paye ma formation avec mes sous à moi, et on me dit que non, ma formation, elle va pas coûter 150 €, mais 150 € plus la perte d'allocations durant le temps de formation !!! La belle blague !!! Bon, ma formation, elle a duré 39 heures, je l'ai échappé belle, mais quand même, pour le principe, cela revient à dire : surtout quand tu es au chômage, ne prends surtout pas l'initiative de te payer des formations sur des trucs non remboursés par l'état, l'assedic, ou l'anpe : tu ne peux qu'y perdre financièrement à court terme.

Je passe bien sûr sur le ton menaçant de la lettre. C'est pas des trucs à me réconcilier avec ce genre d'organismes. Bon, tout n'est pas noir. Par exemple, le système d'OPP (Opérateurs privés de placement) proposé par l'ANPE n'est pas inintéressant, loin de là. Cela consiste à faire accompagner gratuitement le créateur d'entreprise par des consultants pendant 2 ans, pour déterminer la faisabilité, le business plan, le soutien juridique et comptable, et pour le démarrage.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu